Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:02

Le journal le Monde fait des articles sur les artistes indignés dans l’art contemporain en Israël, bravo ! On applaudit… Mais des artistes israéliens qui ont pour revendication des revendications totalement alignées sur les revendications de la biennale Out dissidente online de Lyon ou de l’artiste Lili-oto et d’autres... Mais voilà, le journal le Monde hautainement ignore ces indésirables ! Pensez-vous chers électeurs ! Les indignés dans l’art contemporain, c’est ailleurs ! Surtout pas en France, ni problème de démocratie, ni d’affairisme et l’institution c’est connu, elle est blanche comme neige !!!

PS, UMP, centristes mènent une politique culturelle commune et partagée dans l’art contemporain sans aucune autre perspective politique que la spéculation, la culture néolibérale visant exclusivement le marché véreux de l’art contemporain

Le journal le Monde ne parle surtout pas des artistes indignés en France et de nos revendications originelles à tous ces noyaux de mouvements planétaires et les prémisses d’activistes dissidents dans ce dit art contemporain… Philippe Dagen qui est l’un des journalistes en France incontestablement compétent dans ce dit art contemporain passe sous silence la B.A.C OUT de septembre 2011-12 et sa controverse : " une terrible indignation est née " qui trouve portant dans la population française à la veille d’une élection présidentielle tout son sens et même dans trois mois peut-être toute son expression !

Pas un mot, pas une critique, pas une objection sur l’énorme budget scandaleux de 7 millions d’euros pour cette manifestation lyonnaise bling bling comme les expos au château de Versailles, ni dans le journal le Monde ni dans le journal Libération. Les élections c’est sans les pauvres, les ouvriers, les oubliés, les rejetés, les blackboulés ou comme nous artistes : les évincer !!! Une BAC officielle à Lyon c’est uniquement une biennale d’art contemporain entre élus, amis et relations professionnelles, réseaux, alors que les artistes en France subissent une censure sans nom où exposer devient mission impossible même pour des artistes confirmés avec plus de trente ans d’activité. Une censure politique odieuse, pernicieuse, toxique, bureaucratique, institutionnelle qui nous empêche même de travailler puisque pour 90% d’entre nous subissons cette spéculation immobilière grâce à cette loi de 48 dissoute sous Chirac en 1986 et qui a fait plonger un grand nombre de gens dans la rue. Nos conditions artistiques malheureusement ordinaires font que nous n’avons même plus d’atelier pour travailler, on ne peut plus payer des loyers, nous sommes comme tant d’autres réduits à une survie sociale et alimentaire.

Nos appels au secours aux élus du PS dans les villes, départements, régions, restent lettres mortes alors que confier aux artistes des immeubles vides appartenant à la collectivité dans des villes touchées par la pauvreté, la misère, la montée du chômage est un bienfait prouvé depuis des lustres pour les villes et qui ne coûte rien au contribuable. Même dans des régions touristiques pauvres où j’habite, dans un département et dans une ville d’une agglo de 125000 habitants gérés politiquement tous deux par le PS qui a le record en France de la montée du chômage, nous ne pourrons pas organiser cet été des expos. C’est puant !!! Nous ne pouvons même plus nous donner éventuellement dans le meilleur des cas et avec un peu de chance les moyens de pouvoir bouffer sans passer par le RSA et de s’acheter du matériel pour la pérennité de notre activité. Nos élus préfèrent des immeubles du parc public à l’abandon donnés au rats et au salpêtre plutôt que de laisser les artistes créés eux-mêmes leurs propres évènements afin de nous maintenir dans une misère chronique, nos élus préfèrent des artistes soumis, disciplinés et serviles. Des méthodes politiques qui font vomir plus d’un artiste plasticien en France et une grosse partie de son public toujours fidèle malgré nos absences durables.

On nous vente l’augmentation du nombre de visiteurs de la biennale de Lyon 2011-12. Bien sûr ! Avec l’argent du contribuable qui coule à flot en pleine crise économique (budget global en hausse de + de 10% pour cette B.A.C de Lyon 2011-12 soit environ 1 million d’euros d’augmenetation et surtout l’impossibilité de pouvoir consulter ses comptes) et avec en contrepartie des artistes sur tout le territoire français laminés, exclus en majorité chassés de toute activité artistique, de toute monstration, et donc de toute confrontation face aux artistes sélectionnés par l’institution et le marché de l’art néolibéral. Toute forme d’art en France non agréé bureaucratiquement est déclaré institutionnellement et politiquement rival et ennemi. Un art qui est inévitablement avec ses auteurs artistes radié et éjecté de la vie culturelle et artistique française. La voilà la belle affaire et cette réussite sanglante, cruelle et barbare de nos élus aux commandes de notre devenir social et culturel !!! Leurs véritables visages !!!

Peut-être que les artistes exclus depuis 30 ans par la bureaucratie culturelle française et dirigée par ce consensus politique « majorité et opposition molle » sont-ils les artistes dégénérés du 21eme siècle dans toute cette horreur économique !

Les artistes sont nombreux en France à être déclassés comme lili-oto car ils refusent la servitude politique et bureaucratique, les magouilles, les réseaux véreux, les conflits d’intérêts et les conflits d’initiés propres à la globalisation planétaire de cette culture néolibérale dogmatique et son marché financier véreux d’un art politico-affairiste soutenu par les institutions soutenues par les élus. Des artistes peut-être rangés dans un des tiroirs de la sociologie de l’art sous le registre artistique mortel de " libertaro-relativiste ", un attribut que j’ai découvert il y a peu dans le livre d’une avocate, elle, aussi compétente et aussi renommée que Philippe Dagen dans ce dit art contemporain à la française.

Sombres actualités culturelles sur les ruines d’un présent disloqué où comme je l’ai écrit à maintes reprises sur le web : " un pays aveugle de sa propre poésie est un pays condamné irrémédiablement aux ténèbres ". Bienvenue au royaume de la " zombie " présidentielle de 2012 et cette instrumentalisation barbare qui nous dote tous d’un bulletin de marbre.

Lili-oto

 

art-contemporain

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine,Apea,Bordeaux,Gironde,France.
  • : artistes plasticiens, les Apea est une association d'art et artiste plasticien en Aquitaine, Pour artiste et les artists. Une création comme la peinture, peintre artiste, la sculpture, la video ou le tableau. Ce blog est à la fois un blog art, un blog artiste, un blog culture, un blog création, un blog politique, un blog artistique et un blog artiste plasticien. Ils exposent en galerie, exposition de sculpture, sculpteur, Bordeaux en art contemporain, arts visuels, arts plastiques et beaux arts
  • Contact

Pratique artistique

Nous sommes pour une pratique artistique dans une liberté absolue et contre la muséification ou la muséalité de la création contemporaine. Nous sommes totalement opposés à la spéculation dans l’art contemporain, à ce marché international spéculatif d’œuvres de l’esprit où les gros marchands d’art se gavent de profits juteux et mafieux en cloisonnant la création contemporaine avec des collectionneurs d’art, grands patrons français qui font les beaux dans les ventes aux enchères dans les grandes salles de ventes à Londres ou à new York. Ils achètent à grands coups de millions d’euros des œuvres avec l’argent des augmentations confisquées aux salariés aujourd’hui licenciés dans leurs grandes entreprises et multinationales. Nous rappelons que les artistes demandent à vivre dignement de leurs pratiques artistiques, ils n’ont jamais exigé richesse, de vivre du raquette des actionnaires sur le pouvoir d’achats des salariés ou de la spéculation boursière, être artiste n’est pas une profession libérale.

E
xtrait du Livre de Michel Onfray (philosophe): Politique du rebelle : chapitre De l’art, vers une esthétique généralisée.
"(…) Or tous les régimes, tous les pouvoirs politiques savent ce lieu stratégique et veulent le confiner, maîtriser, limiter, contenir, voire le contrôler radicalement. Certains utopistes aspiraient purement et simplement au bannissement des poètes de la cité, d’autres à leur inféodation franche et nette ; ailleurs on confondait la fin de l’histoire avec la fin de l’art, d’où une réalisation de la digestion définitive des artistes par le corps social.(...)Un esthétique généralisée assume et revendique cette filiation pour répondre aux misères généralisées du marché. Les figures rebelles et résistantes risquent l’absorption dans l’histoire de l’art, puis la digestion avant de retrouver le marché. Alors, elles grossissent le rang du bourgeois, celui qui, selon la définition flaubertienne, pense bassement – il est d’autant moins qu’il a. L’art qui a cessé de résister doit périr, remplacé par un autre qui, lui, résistera. Dans cette guerre quand l’un tombe, le suivant reprend le drapeau. Que disparaissent les parasites fixés au musée, à demeure plus que de raison, ou n’envisageant plus aucun travail sans viser d’abord l’exposition.(..) C'est-à-dire au-delà du nécessaire utile à l’avancement et à la prolifération des idées. Dés qu’une station se prolonge, le risque d’un dépérissement du travail augmente. Exposée, une œuvre s’ankylose proportionnellement à son temps d’immobilité. Le lieu délétère et dévitalisant, abaisse la température du travail incandescent jusqu’à tendre vers zéro, point d’inefficacité maximale en deça de toute nuisance possible. Or le programme d’une esthétique radicale consiste toujours à refuser la bêtise. Les musées et les endroits officiels agissent comme des chambres froides où les feux furieux se rétrécissent, s’épuisent et finissent par s’éteindre, consumés par un gel raréfiant les possibilités de la vie." Michel Onfray

Extrait du livre de Pierre Bourdieu (philosophe) dans Contre-feux 2 aux éditions Raisons d’agir
"(…) La culture est menacée parce que les conditions économiques et sociales dans lesquelles elle peut se développer sont profondément affectés par la logique du profit dans les pays avancés où le capital accumulé, condition de l’autonomie, est déjà important (…) Les peintres (artistes) ont mis prés de cinq siècles pour conquérir les conditions sociales qui ont rendu possible un Picasso ; ils ont dû – on le sait par la lecture des contrats – lutter contre les commanditaires pour que les œuvres cessent d’être traitées comme un simple produit, évaluées à la surface peinte et aux prix des couleurs employées ; ils ont dû lutter pour obtenir le droit à la signature, c'est-à-dire le droit d’être traité comme des auteurs. Ils ont dû lutter pour le droit de choisir les couleurs qu’ils employaient, la manière de les employer et même, tout à la fin, notamment avec l’art abstrait, le sujet même, sur lequel pesait particulièrement le pouvoir du commanditaire. (…)" Pierre Bourdieu

artiste situation

Les Apea et nos points de vue sur la situation des artistes pasticiens et des artistes plasticiennes en France

-

L'institution culturelle Française a exclu des artistes plasticiens ou artistes plasticiennes (peintres, sculpteurs, installateur, ...) depuis 25 ans pour des raisons politiques et sectaires. Ces Artistes vivent aujourd'hui dans la misère, la pauvreté et le mépris et quelque fois ces artistes se suicident ou se détruisent. Les responsables sont les élus français républicains qui ont des attitudes de monarques favorisant une oligarchie culturelle qui violent le caractère pluraliste de l'expression de la diversité des courants artistiques et des courants de pensée. Les institutions culturelles françaises non démocratiques refusent de diffuser l'art au nom de sa diversité d'une manière complète et équitable. Ces institutions culturelles françaises programment les thématiques artistiques de leurs choix sans prendre en compte les réalités artistiques reflètant les activités et les préoccupations artistiques sur le territoire français. Des artistes depuis 25 ans refusent de se soumettre à cette autorité ou cette police culturelle.

-

In France since 25 years the state and the French cultural institution have excluded from the artists (painters, sculptors,...) for political or sectarian reasons.these Artists live today in misery, poverty and the contempt and some time they commit suicide. These Artists live in misery, poverty and the contempt and some time these artists commit suicide. The persons in charge are the republican French elected officials who adopt attitudes of monarchs supporting a cultural oligarchy and violating the pluralist character of the expression of the diversity of the artistic currents and the currents of thought. The antidemocratic French cultural institutions refuse to diffuse art in the name of its diversity in a complete and equitable way.The antidemocratic French cultural institutions program the artistic sets of themes their choices without taking into account artistic realities reflecting the artistic activity and concerns on the French territory. Artists since 25 years refuse to subject themselves to this authority or this cultural police.

-

L'istituzione culturale francese ha escluso artisti plastici (pittori, sculpteurs) da 25 anni per ragioni politiche e settarie. Quest'artisti vivono oggi nella miseria, la povertà ed il dispetto ed alcune volte quest'artisti si suicidano o si distruggono. I responsabili sono gli eletti politici francesi repubblicani che hanno atteggiamenti di monarchi che favoriscono una "oligarchie" culturale che violano il carattere pluralistico dell'espressione della diversità delle correnti artistiche e delle correnti di pensiero. Le istituzioni culturali francesi non democratiche rifiutano di diffondere l'arte in nome della sua diversità in modo completo ed equo. Quest'istituzioni culturali francesi programmano le tematiche artistiche delle loro scelte senza tenere conto delle realtà artistiche reflètant le attività e le preoccupazioni artistiche sul territorio francese. Artisti da 25 anni rifiutano di sottoporsi a quest'autorità o questa polizia culturale.

-

 

"(...) le concept d'art doit remplacer le concept dégénéré de capital.(...) le capital c'est la dignité humaine et la créativité.(...) L'art est le capital.(...) Le capital, c'est la capacité humaine et ce qui en découle. (...) deux relations bipolaires: la créativité et l'intention de l'homme.(...) Grâce à un dialogue ininterrompu entre les hommes, cela peut-être sans cesse discuté, cela peut se transformer en une productivité infinie qui forme et transforme le monde et dans certaines circonstances construit un cosmos tout à fait nouveau et précisément ne le détruit pas. Joseph Beuys
-

 

 

ON NE JETTE PAS LES ARTISTES A LA RUE - PAIEMENT DES DROITS DE PRESENTATION ou DE MONSTRATION- LES ARTISTES PLASTICIENS AUX RMI ça suffit!!!   
 
 
 

biennale de Lyon OUT

UNIQUEMENT
AVEC NOUS
LES
ARTISTES
-
ILS NOUS VOLENT
NOTRE LIBERTE

 APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE L'ART

FRANCE ART CONTEMPORAIN 2009


Téléchargez le texte ci-dessous sur la présentation de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT 2009, contre la biennale de Lyon officielle
2009 et la préfiguration du post - fascisme culturel globaliste et mondialiste, avec l'explication et l'histoire du concept confus du sigle commercial d'"art contemporain". Ce texte n'est pas corrigé, désirant le mettre en ligne rapidement. Une deuxieme version corrigée et remodelée sera mise en ligne prochainement. Vous pouvez le télécharger, vous le trouvez en version PDF ci-dessous.

biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf

biennale art contemporain OUT Lyon 2009 France
  lire articles :


biennale contemporain de Lyon 2009 avec Hou Hanru et Thierry Raspail

biennale contemporain de Lyon OUT a pour objet
biennale de Lyon
Vive la biennale d'art contemporain OUT de Lyon 2009
today's life mission impossible pour une biennale d'art contemporain
Comment critiquer une œuvre d’art
Comment critiquer un artiste
Critique d’art
définition de biennale d’art contemporain
Psychologie de l’art
Collection d’art contemporain
Collectionneur d’art contemporain
Conseil d’état pour la création artistique
Marché de l’art contemporain
Marchand d’art contemporain
Définition de art contemporain
De la notion libertaire de la création contemporaine
Ministre de la culture
Commissaire d’exposition
Musée d’art contemporain
De l’autorité en art
Conflits d’intérêts en art contemporain