Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 15:37
MANIFESTE POUR LES ARTS APPLIQUÉS ET POUR LE DROIT A L’ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE
Le GRAAAL* appel à la résistance.


L’éducation artistique et culturelle est fondamentale dans le développement intellectuel de l’élève. Elle permet à l’enfant, à l’adolescent, au jeune adulte d’acquérir des apprentissages d’observation, d’analyse qui lui permettront de mieux comprendre son environnement, des connaissances pour structurer sa pensée, de développer sa sensibilité et son imagination, d’appréhender avec lucidité le monde dans lequel il vit. En somme, de devenir citoyen, autonome et responsable, et ce, quelles que soit ses orientations professionnelles.
C’est par l’initiation culturelle (théâtre, danse, peinture, musique…) que nos élèves découvrent le goût du savoir. Cette démarche provoque des rencontres (artistes- élèves- enseignants), confronte des univers aux antipodes et éveille une curiosité endormie chez des élèves qui ont souvent perdu confiance en eux et sous-estiment leur capacité d’expression.
En prenant toute sa place dans les programmes, avec les autres matières d’enseignement général et professionnel, l’éducation artistique concourt à la formation complète de l’individu sans laquelle il serait en état d’infériorité et de dépendance, d’incapacité à développer pleinement ses compétences intellectuelles et sensibles pour affronter sa vie d’adulte responsable.
Aujourd’hui, nous constatons une grave atteinte à ce droit à la formation que peut revendiquer tout élève.
En lycée professionnel, les nouvelles restrictions budgétaires, le nouveau plan de réforme de la formation professionnelle mis en place dans le cadre étroit du bac professionnel en 3 ans, privent les jeunes très majoritairement en difficulté, d’un capital de formation qui handicapera leur avenir.
De 4 années de scolarisation (2 ans de BEP ou 2 ans de CAP + 2 ans de Bac Pro) les élèves passent à un cursus de 3 ans. La réduction du temps de formation qui leur est accordé les met en difficulté et efface pour certains tout espoir d’insertion. La plupart d’entre eux aura moins de possibilités à trouver une seconde chance et viendra ainsi grossir les rangs des ‘décrocheurs’ ou des sortants sans diplôme!
Pour ces jeunes l’école est la seule porte d’entrée pour accéder à la culture !
L’éducation artistique et culturelle qui revendiquait un horaire hebdomadaire de 2 heures avec un programme ambitieux passe à une heure par semaine ! Ce qui signifie la paupérisation des enseignements artistiques, leur marginalisation et la privation pour les jeunes d’accéder à la culture à laquelle ils ont droit !
Les recherches menées au sein du Groupe de Recherche en Arts Appliqués de l'Académie de Lyon et de l'Académie de Grenoble (GRAAAL) ont maintes fois prouvé que la méthodologie employée dans notre domaine d’enseignement (observer, décrire, comparer, questionner, investir, raisonner et communiquer) favorise le développement de la pensée, du langage et de l'esprit critique et est parfaitement adaptée à un public scolaire en difficulté.
Son amputation expliquerait-elle les réelles intentions de cette reforme ?
Nous avons toutes les raisons de penser que cette « casse » de la formation professionnelle en particulier, de l’école en général, a pour objectif réel de 'sous-former' une population défavorisée qui sera donc plus utilisable et dévalorisée sur le marché du travail.
Nous refusons cette politique et exigeons le retour à des temps de formation décents qui permettent, d’une part, de faire notre travail professionnellement et, d’autre part, de donner la possibilité aux jeunes lycéens d’accéder aux connaissances et à la culture indispensable pour devenir des citoyens à part entière.

Nous appelons nos collègues, les parents d’élèves, les élus, les organisations syndicales et toutes personnes sensibles à notre combat, à signer cette pétition, à refuser les dotations horaires qui nous sont imposées, à se mobiliser pour la défense de l’école et de l’éducation artistique et culturelle pour tous.


GRAAAL: * Groupe de Recherches en Arts Appliqués des Académies Lyon Grenoble.

Pétition a signer , contact : http://www.lapetition.be/en-ligne/manifeste-pour-les-arts-appliqus-pour-le-droit-lducation-artistique-et-culturelle-3896.html

Lili-oto: "L'éducation artistique est fondamentale dans le développement intellectuel de l'élève si fondamentale qu'elle explique pourquoi tant d'artistes plasticiens en France vivent dans l'exclusion sociale et culturelle car il y a un énorme écart et déviation entre l'évolution de la création contemporaine et la régression culturelle publique.  Le populisme politique, le populisme industriel et le populisme culturel ont laminé la valeur de la pensée, une pensée  réduite et obtuse dans les industries culturelles de masse au « temps de cerveau humain disponible ». Les pouvoirs politiques et économiques dominant réaffirment leurs volontés de défragmenter nos consciences, nos singularités et notre faculté de connaître (cognition)."Voir article : les artistes doivent-ils rejoindre le mouvement de grève des chercheurs?

L’aboutissement d’un long processus d’émergence, d’évolution, ces univers autonomes sont aujourd’hui entrés dans un processus d’involution. » Pierre Bourdieu, (involution : régression chez l’individu suivant un des mécanismes de l’évolution ».


signez la pétition:http://www.lapetition.be/en-ligne/manifeste-pour-les-arts-appliqus-pour-le-droit-lducation-artistique-et-culturelle-3896.html



retour-home-volver
Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 14:11
En pleine crise économique, y-a du Fric à gogo!!! Le Frac Nord Pas de Calais à Dunkerque dirigé par Madame Hilde Teerlinck et la banque BNP Paribas marient leurs activités... Non c'est une blague!!!

la banque BNP Paribas qui s'intéresse peu aux artistes plasticiens (parfois leurs clients) et encore moins à la survie véritable de leur création contemporaine mais surtout à l'avenir des institutions culturelles en manque de fonds malgré les larges et couteuses subventions de la région va accueillir dans ses murs (de la banque) une exposition des artistes reconnus et béatifiés par cette administration associative (les fracs sont des associations) et la banque promet d'offrir environ 30000 euros à son BB.

En France, les artistes indépendants en art contemporain ou exclus par l'administrations ou les institutions culturelles françaises ne doivent pas compter sur le mécénat privé pour les aider dans leur création, puisque cette administration associative qui dépend de la région non seulement monopolise les fonds publics régionaux qui seraient nécessaires pour l'aide individuel à la création contemporaine et ses dynamiques artistiques mais en plus s'accaparent des fonds privés au nom d'un soi-disant mécénat. En vérité, il y a longtemps qu'en France, tout est fait pour crever toute forme d'indépendance artistique afin de formater la création contemporaine française et contrôler, voir manipuler ses artistes. Le pire c'est que la région soit gérée aussi bien par la droite UMP (1 région) ou la gauche Parti Socialiste (22 régions), c'est exactement la même politique culturelle au sujet des Fracs et des artistes plasticiens!!!

Souvenir, souvenir…
Comme un jour de 2007 m'a-t-on dit à la mairie de Bordeaux : " la mairie de Bordeaux a
ses artistes!!! » (ben voyons, et avec l’argent du contribuable et donc de tous !) Tout ça pour m’empêcher d'exposer une installation prévue dans une grande salle de presse lors du plus gros évènement de la ville, alors que l'accord avait été passé sous seing privé avec l'organisateur et que la mairie de Bordeaux a tout fait pour me mettre des bâtons dans les roues puis comme ça ne suffisait pas ! m'interdire d'accès à cette salle de presse pour diffuser un communiqué sur mon activité artistique, (comme sous Staline! )" ( A savoir que j'ai été expulsé quelques mois plus tard de la rue du Faubourg des arts à Bordeaux de mon espace d'art, Artoong Studio, car je n'arrivais plus à joindre les deux bouts et à payer le loyer, environ 450 euros)... Enfin, heureusement qu'Europe1 lors de cet évènement de 2007 a eu la gentillesse de me laisser une partie de l’espace de son podium pour pouvoir exposer une mini-installation. Faut aussi dire qu'à Bordeaux, on expulse des artistes qui n'avaient rien de dangereux ou de terroristes comme dernièrement avec 200 policiers mais on donne aux intégristes des églises, le pape Benoît XVI, (Joseph Alois Ratzinger) enrôlé jeune dans les jeunesses hitlériennes va peut-être bientôt béatifier le Maire de Bordeaux, sait-on jamais avec ce pape même le pire est possible!!! Lili-oto





retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 15:54
Ces apparatchiks mondains et ringards de l’art contemporain sont comme l’ont été les apparatchiks soviétiques de véritables pions politico-bureaucratiques du ministère de la culture et de la propagande en France. Nicolas Sarkozy donne la leçon à Nîmes au monde culturel avec une bonne couche de populisme en faveur de l'identité culturelle française, une identité culturelle française moquée dans le monde entier à cause de ces apparatchiks qui sont indéboulonnables quelque soit le gouvernement, de droite comme de gauche. Il fustige selon la source AFP « les critiques de l'exposition du plasticien américain Jeff Koons au château de Versailles », la belle blague !!! Premièrement comme vous le savez, j’ai parodié Jeff Koons cet artiste ringard qui magnifie le capitalisme et le consumérisme avec le néo pop (comme néo capitalisme) avec son wall street art et ça me réconforte d’être en désaccord total avec les points de vue de ce petit napoléon Sarkozy. Deuxièmement, l’homme doit aimer se tirer une balle dans le pied, les critiques ont fusé de toute part aussi bien du gotha de l’art contemporain que des milieux des arts singuliers ou de l’art brut, un certain milieu qui a appelé à voter Sarkozy au nom du « beau » ou du classicisme et donc du conservatisme. Rappelons-nous !!! Au moment de l’élection présidentielle, des manipulateurs dans les arts plastiques dans l’entourage du candidat Sarkozy qui appelait à voter pour lui ont manipulé des artistes en leurs faisant croire que Sarkozy était pour la diversité artistique, le retour à un art disons « classique » contre la conception actuelle soumis au dogme de l’art contemporain tout en remerciant Sarkozy de réintroduire cette notion ou cette idée de « beauté » en art, etc… Et aujourd’hui, le dogme de l’art contemporain soutenu par les apparatchiks du ministère de la culture sous Chirac, Jospin, Mitterrand ou Pompidou, Toubon, Jack Lang, Michel d'Ornano, François Léotard, Philippe Douste Blazy, Catherine Trautmann, Catherine Tasca, Renaud Donnedieu de Vabres ont les éloges du président Sarkozy, vive Jeff Koons, et surtout Versailles (avec ses référents) et cet art fruit de la spéculation du marché (d’art) . Souvenons-nous, ces apparatchiks dont certains artistes (soutenant à l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy) rêvaient de les jeter par les fenêtres du ministère de la culture au nom du « beau » si le candidat Sarkozy était élu doivent aujourd’hui s’en mordre les doigts. Pourtant, je n’ai cessé d’expliquer pendant la campagne électorale présidentielle sur mes blogs que tout ceci n’était que manipulations, que Sarkozy au nom du populisme et du tourisme culturel de masse n’aime que ce qui se compte (en euros ou en dollars) et brille comme la culture populiste et qu’il ne changerai rien à la donne laissant à ses chers amis richissimes industriels collectionneurs d’art contemporain le soin de porter dans leurs collections leur propre idée du beau, du cher, du prestige et surtout le fruit du marché spéculatif de l’art contemporain comme Jeff Koons. Combien d’entre eux ont voté Sarkozy et ont été dupés, trompés, abusés, bernés et embobinés par les propos de ce bonimenteur, affabulateur, menteur, ce charlatan de la politique ! Ces artistes sont les dindons de la farce comme ces salariés qui croyaient aux heures supplémentaires et qui ont été licenciés ou mis au chômage technique après avoir bien servis par ces heures supplémentaires les actionnaires de leurs entreprises et qui ont mangé ce faible supplément de revenu les semaines suivantes par une perte de revenu et de salaire. Et oui, des heures supplémentaires pour se payer un plus, pourquoi pas ! Mais des heures supplémentaires pour combler les fins de mois autant des augmentations de salaires pour rattraper des années d’inflation avec des salaires bloqués! Voilà, mais c’est un autre discours et une autre politique! Les victimes du sarkozysme qui se sont fait bananés sont nombreuses en ce début d’année 2009 et les derniers éclopés ou les dernières proies du prédateur et du rapace Sarkozy sont des artistes qui ne voyaient pas plus loin que le cadre de leur toile et le bout de leurs pinceaux oubliant que le hors champ est un espace du visible même si pour certains il restera je le pense à tout jamais du domaine de l’invisible. Nous le savions, si l’art c’est la vie, la politique parfois est une grosse enculade surtout lorsqu’elle relève comme chez Sarkozy systématiquement du simple markéting politique et d’effets d’annonces. Lili-oto


retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:33
Aujourd'hui, il est temps que ceux qui se sont brossés sur le dos des artistes pour faire carrière au sein du ministère de la culture ou pour s'en servir de pilier pour une promotion politique rendent aux créateurs français le ministère de la culture. Trop de politiciens véreux se sont servis de ce ministère pour étendre leurs réseaux, arroser les petits copains ou des associations amies au détriment de la création contemporaine dans l'art contemporain et le spectacle vivant. Pour respecter le contribuable français, il faut déjà respecter la démocratie, y compris la démocratie culturelle, ce qui est loin d'être le cas en France et dans ce ministère, y compris dans les Drac, direction régionale des affaires culturelles. L'utilisation des subventions par un petit nombre de décideurs asservis au deux grands partis politiques français, UMP et PS, ont surtout renforcés les injustices sociales et l'exclusion des créateurs ou des artistes. Le ministère de la culture est l'ossature indispensable pour coordonner les politiques en faveur de la création contemporaine, garant des diversités artistiques et culturelles, mais les ministres qui l'ont dirigé en ont fait une machine à exclure et abattre tous ceux qui refusaient de se soumettre à une obéissance aveugle à cette monarchie républicaine style 5eme république ou qui refusaient de reconnaître au monarque ministre une quelconque légitimité. La culture dans son ensemble représente 30% du quotidien de chaque français, le ministère de la culture à un budget qui ne représente pas 1% du budget de l'état français. Cette année 2009 va certainement confirmer l'effondrement du marché de l'art, du Wall Street art que le ministère de la culture a toujours soutenu via sa délégation aux arts plastiques, nous avons besoin d'une nouvelle donne pour les politiques culturelles et artistiques mais ce n'est certainement pas avec un Sarkozy, président de la république inculte et ringard que les choses vont changer. Nous avons soupé de ce CAC 40 culturel et de cette spéculation financière servant de référent pour des artistes de "super marchés" soutenus par les institutions culturelles et artistiques. Aujourd'hui les collections d’art contemporain des grandes fortunes françaises ou étrangères ne sont que des produits dérivés pour affirmer des choix de markéting stratégiques par des grands groupes et leurs PDG ou leurs actionnaires majoritaires, un simple outil de communication ou de propagande et non un outil culturel pour tous. Trop souvent dans les grandes expositions, la rumeur parle de conflits d'intérêt comme ce fut le cas de l'exposition de Jeff Koons au château de Versailles organisé par Jean-Jacques Aillagon avec le soutien de la ministre de la culture Christine Albanel, ce que seul un juge est apte à confirmer ou démentir. Le peu de moyens financiers à la disposition des associations qui défendent les intérêts des artistes empêchent celles-ci de saisir systématiquement la justice pour obtenir des enquêtes et des condamnations s’il y a vraiment conflits d'intérêts. Il n'y a aucune transparence dans l'organisation des expositions des institutions culturelles, Frac, musées d'art contemporain ou autres, pas d'appel d'offre à candidature. Vous ne trouverez pas sur le site des Frac, fonds régionaux d'art contemporain, les noms des membres des commissions techniques et leurs métiers ou professions, un écran nécessaire pour camoufler lors des achats pour les collections des régions de France ces supposés conflits d'intérêts, une politique du silence et du secret voulue et commanditée par les élus des Conseils régionaux toutes étiquettes politiques confondues et soutenue par les présidents des Frac (qui sont des associations) et leurs directeurs nommés par les élus et les divers composantes de l'appareil de la délégation aux arts plastiques du ministère de la culture. En France, en art contemporain dans les institutions culturelles et artistiques, il n'y a pas de démocratie ni à droite ni dans les régions de gauche, il faut vraiment avoir peur des artistes pour en arriver là! Nous pouvons parler en France d'un ministère de la culture ringard, vieillot, dépassé avec ses propres logiques d'appareils qui fait la peau depuis de longues années à toute dynamique favorable à une création contemporaine indépendante ou aux artistes dits "électrons libres" . Oui pour un ministère de la culture mais non à ce ministère de la culture de monarques républicains style 5eme république, et oui à la démocratie culturelle ouverte, c'est à dire oui à la naissance d'une nouvelle république, une 6eme république respectueuse de la démocratie, une nouvelle méthode de gouvernance politique et économique et donc un nouveau "ministère des diversités culturelles et des pluralités artistiques", une nouvelle donne!!!  lili-oto




retour-home-volver

 


Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 09:36
Art Basel de Miami Beach. La plus grande Foire d'art contemporain au monde est touchée par la crise financière et bancaire. Le capitalisme et le marché mondial spéculatif de l'art contemporain reçoit une nouvelle châtaigne ! Les profits juteux OUT ! La spéculation met un pied à terre ! Vivement le chaos de ce marché de l'art contemporain véreux !

L'ultralibéralisme et le marché sauvage néo capitaliste tue à petit feu les marchands internationaux qui étaient à la recherche de profits spéculatifs sur des œuvres d'artistes contemporains. La politique culturelle libérale défendue par L'UMP et la tendance à droite dans le Parti socialiste (gauche libérale) mais aussi les institutions françaises comme les Frac, les Drac, le Cnap et certains musées d'art contemporain comme à Beaubourg ou le palais de Tokyo est encore une fois condamnée par la crise économique capitaliste et systémique.  Après les maisons Christie's et Sotheby's, des commissaires-priseurs qui poussent des soupirs de désolation, des adjudications inférieures aux estimations basses ; les tourmentes sont récurrentes sur le marché de l'art mondial.

Une claque pour les 250 galeries représentant quelque 2.000 artistes venant de 33 pays. Des chiffres d'affaire en diminution de 30% à 50%. Le marché de l'art spéculatif s'écroule face à la crise financière et surtout ce concept idiot d'économie libérale qui fait la peau depuis trois décennies à la création contemporaine dans le monde, refusant toute notion économique juste d'un art équitable, où l'artiste n'est plus le pion et le poulain voir une marionnette des grands marchands ou grands collectionneurs d'art contemporain, où l'artiste reçoit une part financière équitable pour son travail ou son activité artistique dans le respect de ses choix et non soumis à des effets de mode ou de consumérisme.

Une situation qui désavoue cette exposition clinquante et ringarde de Jeff Koons organisée par le ce gouvernement français d'extrême droite de Nicolas Sarkozy – Fillon – Alain Juppé, Christine Albanel (ministre de la culture), Jean-Jacques Aillagon (patron du château de Versailles), Alain Seban (patron de Beaubourg) et Cornette de Saint Cyr (patron de palais de Tokyo) et leur conception débile de la création contemporaine et surtout de la place de l'artiste dans la société française. 

Depuis des années de milliers d'artistes talentueux vivent dans l'exclusion en France car ils ne se sont jamais reconnus dans cette politique culturelle ultralibérale, le culte du fric pour le fric, le culte de l'hyper marchandisation des œuvres de l'esprit, le culte du roi collectionneur patron de multinationales qui licencient les salariés, le culte de la connerie culturelle et ce culte de la personnalité...

Cette crise qui touche aujourd'hui les grandes places du commerce de l'art confirme l'article de Lili-oto sur la "Croissance artistique face à la décroissance culturelle" mis en ligne et sur des forums Tv, mis en ligne le 15-09-2007 sur le forum de France 3 " Ce soir ou jamais",  il y a quelques mois, les artistes ont senti bien avant les économistes officiels, les marchands d'art et les responsables des institutions culturelles français que nous étions entrain de changer d'ère, je ne cesse de le dire... Lili-oto




(guillotine rose de lili-oto parodiant l'exposition de Jeff Koons au château de Versailles)


retour-home-volver




Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 13:01



Bonjour, hello,

à diffuser ou à publier, photos libres de droit pour la presse écrite et web. lili-oto

- distribute or publish, photos free for the press and web. lili-oto


lili-oto expose au Château de Versailles aprés Jeff Koons, parodie !
- Exhibition show the french dissident artist Lili-oto at the Chateau de Versailles after Jeff Koons, parody!

lili-oto parodie l'artiste américain Jeff Koons qui expose au château de Versailles et qui a travaillé à Wall Street à ses débuts
-Lili-oto parodies the American artist Jeff Koons exposing in the castle of Versailles and who has worked on Wall Street

french blog http://www.lili-oto.com/
English blog http://contemporary-art-artist.blogspot.com/

Voici à mes yeux la seule œuvre d'art d'actualité dans le monde pour l'année 2008

Here is my view the only art work of news in the world for 2008


toutes les photos sont libres de droit pour presse écrite et web (free photos)

Guillotine rose

Pink guillotine

 

_


 

No for the neo pop, no for this artistic movement !


No for this wall street art !






The dissident french artist Lili-oto parodies the exhibition shows Jeff Koons at the Versailles Castle, facing the economic crisis, facing a bank crisis, the artistic movement New Relativity, artjacking, culture jamming, 2008.


for the monarchs of Stock Exchange in the world



for the monarchs of banks in the world



No for an art of Sun King in our democracy


the only art work of news for the whole year 2008












Museum of Contemporary Art, patrons of artists and collectors of contemporary art:


hope - new dreams - culture unconventional - society projects -


we want a New Deal for the world



original french blog page link :
http://www.lili-oto.com/article-23969911.html


retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 19:57
d'aprés swissinfo.ch : http:// www.swissinfo.ch/

lire...
"Des Picasso invendus, des commissaires-priseurs qui poussent des soupirs de désolation, des adjudications inférieures aux estimations basses et de rares records: les tourmentes sont récurrentes sur le marché de l'art, mais celle-ci frappe fort, reconnaissent les experts...."

Aussi bien chez Christie's que chez Sotheby's l'atmosphere n'est pas à la fête malgré une vente record pour le père du supprématisme Malevitch ancien commissaire au peuple (une sorte de ministre de la culture) sous la révolution russe, sous Lénine en 17! Les gros capitalistes préfèrent des valeurs russe donc des oeuvres révolutionnaire ?! En france, les oeuvres révolutionnaires avec Christine Albanel, c'est mal vu, elle préfère Jeff Koons qui magnifie le capitalisme financier (Jeff Koons a travaillé à Wall Street avant d'être connu ) et qui vend avec une grosse cote !

Christopher Burge pense que ça va être trés dur, pire qu'en 2001... "Il y a donc toujours beaucoup d'argent qui circule, mais il va falloir proposer sans doute moins d'oeuvres et seulement de très bonne qualité", a conclu Christopher Burge". 

retour-home-volver
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 15:09

mail envoyé au bruit du frigo le 04/10/08

Salut,

C'est Kool, ça roule pour vous!!! les pavés d'Alain Juppé se transforment en boulevards subventionnés pour les scoops artistiques et les associations et leurs artistes plasticiens, dommage qu'il n'y est pas équité pour tout l'univers associatif bordelais... Enfin on remarque qu'en Aquitaine et en Gironde, ce sont les mêmes qui sont subventionnés par le parti socialiste Conseil Général de Gironde (P Madrelle) et Conseil Régional d'Aquitaine (Alain Rousset) et l'UMP bordelais au Conseil Municipal de Bordeaux... C'est peut-être au nom de l'union nationale demandée par le gouvernement d'extrême droite Sarkozy et Fillon. (ce message sera mise en ligne sur les Apea et forums, votre réponse aussi si vous en avez une.)
amicalement
lili-oto

Réponse du bruit du Frigo
Message du 06/10/08

Bonjour Lili
Pour information, ça fait presque 15 ans qu'on se bat dans cette ville pour améliorer les conditions de travail des artistes et acteurs culturels bordelais. Quand je dit "on", ce n'est pas uniquement le Bruit du frigo, mais l'ensemble des structures qui sont regroupées au sein de la coopérative artistique et culturelle POLA, dont on est avec quelques autres les fondateurs. C'est donc avant tout un projet solidaire et ouvert sur la communauté artistique locale, puisque dans le projet figurent l'implantation d'espaces de travail ouverts à d'autres : ateliers de construction, ateliers vidéos, photos, résidences... Et pour monter un projet comme celui-ci (cela fait plus de 8 ans qu'on y travaille), il faut bien y associer les collectivités publiques, cela fait partie de leurs missions.
Cordialement
Yvan Detraz


Message du 03/10/08 18:23
> De : "Bruit du frigo"
> A : bruitdufrigo@listes.bruitdufrigo.com
> Copie à :
> Objet : [Bruitdufrigo] [Fwd: Bruit du frigo change d'adresse]
>
> Cher tous,
>
> Bruit du frigo déménage...
> Nous nous installons dans des locaux mis à disposition par la Ville de Bordeaux à la coopérative artistique et culturelle POLA (www.pola.fr), dont nous sommes membre.
> Vous pouvez désormais nous joindre à l'adresse suivante :
>
> Bruit du frigo
> 3 place de la ferme de Richemond
> 33000 Bordeaux
> Tél : 05 56 81 59 17
> contact@bruitdufrigo.com
> www.bruitdufrigo.com
>
> En attendant de vous inviter prochainement à l'inauguration du nouvel espace de travail, portez-vous bien.
>
> L'équipe Bruit du frigo


retour-home-volver
Partager cet article
Repost0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 12:29

La reconnaissance des arts et la pratique artistique comme un droit humain fondamental participant à la construction de la dignité de la personne. La reconnaissance que toutes les activités de la création artistique et contemporaine sont d’ordre public. Le respect du droit fondamental des artistes à vivre équitablement de leur travail. La reconnaissance que seul l’artiste a un droit moral sur ses œuvres, sur sa production artistique et sa diffusion. La reconnaissance que l’artiste à pouvoir à tout moment de demander par écrit car possédant seul le droit moral sur sa production artistique et sa diffusion à la galerie d'art professionnelle d’être délié de l’obligation d’exclusivité. La galerie d'art professionnelle percevra une commission qui ne pourra en aucun cas dépassée 50 % du prix de vente hors TVA en contrepartie de ses prestations, les frais de production des oeuvres sont toujours à la charge de la galerie d'art. La reconnaissance de la notion de « répartition équitable » dans les collections publiques et expositions publiques respectant impérativement les pluralités de la création contemporaine entre les différentes générations et courants d’artistes vivant. La reconnaissance que la censure politique ou l’exclusion des artistes pour motif politique est un délit relevant du droit pénal et de la compétence des tribunaux pénaux nationaux ou internationaux. L'obligation aux états de renoncer d'aider, de subventionner les galeries d'art professionnelles ou d'acheter à ces galeries d'art professionnelles (pour leurs collections publiques) refusant de signer cette charte pour un art équitable. L'interdiction à L'Europe d'aider ou de subventionner avec des aides culturelles  les états membres européens qui n'auront pas ratifié cette dite charte pour un art équitable.

Lili-oto



retour-home-volver
Partager cet article
Repost0
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 12:54

Copie mail de la lettre ouverte à Madame Barbara Vanderlinden, directrice artistique de la nouvelle biennale d'art contemporain de Bruxelles
Monsieur Remi Vermeir, directeur de l'administration
Monsieur Koen Claerhout, curateur
Monsieur Carl Jacobs, curateur

le 29 juin 2008

Nous sommes heureux d'apprendre l'émergence d'une nouvelle biennale à Bruxelles sur le site Brussels Biennial.org s'inscrivant (je cite) dans la globalisation de l’art contemporain, mais qu'est-ce que veut dire ce qualificatif galvaudé "globalisation de l'art contemporain" ? Une biennale qui s'inscrit comme toutes les autres biennales dans le fil conducteur du marché international de l'art contemporain et de ses acteurs, c'est à dire le seul reflet d'un flux d'oeuvres de l'esprit transformées en simples marchandises dont le seul critère d'excellence est la cotation, la spéculation et l’exclusion sociale et artistique de tous les artistes contemporains refusant cette idéologie corrosive et néfaste pour leur création... Une biennale qui n'est que le simple miroir des Foires internationales du marché de l'art cachant politiquement son réel objectif c'est à dire renforcer le tissu des réseaux commerciaux des galeries d'art et de ces nouveaux marchands avides d'argent tout en renforçant le rôle des institutions artistiques publiques qui ne sont que le reflet d'un capitalisme d'état où l'argent public (l'argent des citoyens) a pour seul finalité de privilégier les intérêts des grands marchands d'art contemporain et de servir leurs intérêts pécuniaires délaissant totalement les réalités de la diversité de la création contemporaine dans le monde.

Auriez vous l'audace d'exposer dans votre biennale de Bruxelles les arts dissidents français ou belges et ses auteurs ou ses créateurs qui portent en eux une nouvelle pratique d'un "art équitable" face aux abus spéculatifs du marché mondial de l'art contemporain ? Cette biennale de Bruxelles ne sera-t-elle qu'une stèle dogmatique et le socle inquisitorial de la pensée néo-libérale laminant Art et Création ?

 

Ce message sera en ligne sur le site des Apea (Association des Artistes Plasticiens et plasticiennes en Aquitaine) avec votre réponse et sur certains forums...

Dans l'attente de votre réponse online, je vous prie d'agréer, Madame Barbara Vanderlinden, directrice artistique de la nouvelle biennale de Bruxelles, mes respectueuses salutations.

Lili-oto, Président des Apea

retour-home-volver

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine,Apea,Bordeaux,Gironde,France.
  • : artistes plasticiens, les Apea est une association d'art et artiste plasticien en Aquitaine, Pour artiste et les artists. Une création comme la peinture, peintre artiste, la sculpture, la video ou le tableau. Ce blog est à la fois un blog art, un blog artiste, un blog culture, un blog création, un blog politique, un blog artistique et un blog artiste plasticien. Ils exposent en galerie, exposition de sculpture, sculpteur, Bordeaux en art contemporain, arts visuels, arts plastiques et beaux arts
  • Contact

Pratique artistique

Nous sommes pour une pratique artistique dans une liberté absolue et contre la muséification ou la muséalité de la création contemporaine. Nous sommes totalement opposés à la spéculation dans l’art contemporain, à ce marché international spéculatif d’œuvres de l’esprit où les gros marchands d’art se gavent de profits juteux et mafieux en cloisonnant la création contemporaine avec des collectionneurs d’art, grands patrons français qui font les beaux dans les ventes aux enchères dans les grandes salles de ventes à Londres ou à new York. Ils achètent à grands coups de millions d’euros des œuvres avec l’argent des augmentations confisquées aux salariés aujourd’hui licenciés dans leurs grandes entreprises et multinationales. Nous rappelons que les artistes demandent à vivre dignement de leurs pratiques artistiques, ils n’ont jamais exigé richesse, de vivre du raquette des actionnaires sur le pouvoir d’achats des salariés ou de la spéculation boursière, être artiste n’est pas une profession libérale.

E
xtrait du Livre de Michel Onfray (philosophe): Politique du rebelle : chapitre De l’art, vers une esthétique généralisée.
"(…) Or tous les régimes, tous les pouvoirs politiques savent ce lieu stratégique et veulent le confiner, maîtriser, limiter, contenir, voire le contrôler radicalement. Certains utopistes aspiraient purement et simplement au bannissement des poètes de la cité, d’autres à leur inféodation franche et nette ; ailleurs on confondait la fin de l’histoire avec la fin de l’art, d’où une réalisation de la digestion définitive des artistes par le corps social.(...)Un esthétique généralisée assume et revendique cette filiation pour répondre aux misères généralisées du marché. Les figures rebelles et résistantes risquent l’absorption dans l’histoire de l’art, puis la digestion avant de retrouver le marché. Alors, elles grossissent le rang du bourgeois, celui qui, selon la définition flaubertienne, pense bassement – il est d’autant moins qu’il a. L’art qui a cessé de résister doit périr, remplacé par un autre qui, lui, résistera. Dans cette guerre quand l’un tombe, le suivant reprend le drapeau. Que disparaissent les parasites fixés au musée, à demeure plus que de raison, ou n’envisageant plus aucun travail sans viser d’abord l’exposition.(..) C'est-à-dire au-delà du nécessaire utile à l’avancement et à la prolifération des idées. Dés qu’une station se prolonge, le risque d’un dépérissement du travail augmente. Exposée, une œuvre s’ankylose proportionnellement à son temps d’immobilité. Le lieu délétère et dévitalisant, abaisse la température du travail incandescent jusqu’à tendre vers zéro, point d’inefficacité maximale en deça de toute nuisance possible. Or le programme d’une esthétique radicale consiste toujours à refuser la bêtise. Les musées et les endroits officiels agissent comme des chambres froides où les feux furieux se rétrécissent, s’épuisent et finissent par s’éteindre, consumés par un gel raréfiant les possibilités de la vie." Michel Onfray

Extrait du livre de Pierre Bourdieu (philosophe) dans Contre-feux 2 aux éditions Raisons d’agir
"(…) La culture est menacée parce que les conditions économiques et sociales dans lesquelles elle peut se développer sont profondément affectés par la logique du profit dans les pays avancés où le capital accumulé, condition de l’autonomie, est déjà important (…) Les peintres (artistes) ont mis prés de cinq siècles pour conquérir les conditions sociales qui ont rendu possible un Picasso ; ils ont dû – on le sait par la lecture des contrats – lutter contre les commanditaires pour que les œuvres cessent d’être traitées comme un simple produit, évaluées à la surface peinte et aux prix des couleurs employées ; ils ont dû lutter pour obtenir le droit à la signature, c'est-à-dire le droit d’être traité comme des auteurs. Ils ont dû lutter pour le droit de choisir les couleurs qu’ils employaient, la manière de les employer et même, tout à la fin, notamment avec l’art abstrait, le sujet même, sur lequel pesait particulièrement le pouvoir du commanditaire. (…)" Pierre Bourdieu

artiste situation

Les Apea et nos points de vue sur la situation des artistes pasticiens et des artistes plasticiennes en France

-

L'institution culturelle Française a exclu des artistes plasticiens ou artistes plasticiennes (peintres, sculpteurs, installateur, ...) depuis 25 ans pour des raisons politiques et sectaires. Ces Artistes vivent aujourd'hui dans la misère, la pauvreté et le mépris et quelque fois ces artistes se suicident ou se détruisent. Les responsables sont les élus français républicains qui ont des attitudes de monarques favorisant une oligarchie culturelle qui violent le caractère pluraliste de l'expression de la diversité des courants artistiques et des courants de pensée. Les institutions culturelles françaises non démocratiques refusent de diffuser l'art au nom de sa diversité d'une manière complète et équitable. Ces institutions culturelles françaises programment les thématiques artistiques de leurs choix sans prendre en compte les réalités artistiques reflètant les activités et les préoccupations artistiques sur le territoire français. Des artistes depuis 25 ans refusent de se soumettre à cette autorité ou cette police culturelle.

-

In France since 25 years the state and the French cultural institution have excluded from the artists (painters, sculptors,...) for political or sectarian reasons.these Artists live today in misery, poverty and the contempt and some time they commit suicide. These Artists live in misery, poverty and the contempt and some time these artists commit suicide. The persons in charge are the republican French elected officials who adopt attitudes of monarchs supporting a cultural oligarchy and violating the pluralist character of the expression of the diversity of the artistic currents and the currents of thought. The antidemocratic French cultural institutions refuse to diffuse art in the name of its diversity in a complete and equitable way.The antidemocratic French cultural institutions program the artistic sets of themes their choices without taking into account artistic realities reflecting the artistic activity and concerns on the French territory. Artists since 25 years refuse to subject themselves to this authority or this cultural police.

-

L'istituzione culturale francese ha escluso artisti plastici (pittori, sculpteurs) da 25 anni per ragioni politiche e settarie. Quest'artisti vivono oggi nella miseria, la povertà ed il dispetto ed alcune volte quest'artisti si suicidano o si distruggono. I responsabili sono gli eletti politici francesi repubblicani che hanno atteggiamenti di monarchi che favoriscono una "oligarchie" culturale che violano il carattere pluralistico dell'espressione della diversità delle correnti artistiche e delle correnti di pensiero. Le istituzioni culturali francesi non democratiche rifiutano di diffondere l'arte in nome della sua diversità in modo completo ed equo. Quest'istituzioni culturali francesi programmano le tematiche artistiche delle loro scelte senza tenere conto delle realtà artistiche reflètant le attività e le preoccupazioni artistiche sul territorio francese. Artisti da 25 anni rifiutano di sottoporsi a quest'autorità o questa polizia culturale.

-

 

"(...) le concept d'art doit remplacer le concept dégénéré de capital.(...) le capital c'est la dignité humaine et la créativité.(...) L'art est le capital.(...) Le capital, c'est la capacité humaine et ce qui en découle. (...) deux relations bipolaires: la créativité et l'intention de l'homme.(...) Grâce à un dialogue ininterrompu entre les hommes, cela peut-être sans cesse discuté, cela peut se transformer en une productivité infinie qui forme et transforme le monde et dans certaines circonstances construit un cosmos tout à fait nouveau et précisément ne le détruit pas. Joseph Beuys
-

 

 

ON NE JETTE PAS LES ARTISTES A LA RUE - PAIEMENT DES DROITS DE PRESENTATION ou DE MONSTRATION- LES ARTISTES PLASTICIENS AUX RMI ça suffit!!!   
 
 
 

biennale de Lyon OUT

UNIQUEMENT
AVEC NOUS
LES
ARTISTES
-
ILS NOUS VOLENT
NOTRE LIBERTE

 APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE L'ART

FRANCE ART CONTEMPORAIN 2009


Téléchargez le texte ci-dessous sur la présentation de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT 2009, contre la biennale de Lyon officielle
2009 et la préfiguration du post - fascisme culturel globaliste et mondialiste, avec l'explication et l'histoire du concept confus du sigle commercial d'"art contemporain". Ce texte n'est pas corrigé, désirant le mettre en ligne rapidement. Une deuxieme version corrigée et remodelée sera mise en ligne prochainement. Vous pouvez le télécharger, vous le trouvez en version PDF ci-dessous.

biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf

biennale art contemporain OUT Lyon 2009 France
  lire articles :


biennale contemporain de Lyon 2009 avec Hou Hanru et Thierry Raspail

biennale contemporain de Lyon OUT a pour objet
biennale de Lyon
Vive la biennale d'art contemporain OUT de Lyon 2009
today's life mission impossible pour une biennale d'art contemporain
Comment critiquer une œuvre d’art
Comment critiquer un artiste
Critique d’art
définition de biennale d’art contemporain
Psychologie de l’art
Collection d’art contemporain
Collectionneur d’art contemporain
Conseil d’état pour la création artistique
Marché de l’art contemporain
Marchand d’art contemporain
Définition de art contemporain
De la notion libertaire de la création contemporaine
Ministre de la culture
Commissaire d’exposition
Musée d’art contemporain
De l’autorité en art
Conflits d’intérêts en art contemporain