Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 20:20

les artistes ne doivent pas violer la déclaration universelle des droits de l'homme...

Les artistes plasticiens n'ont aucune obligation à adhérer à l'association la MDA maison des Artistes de Remy Aron. 

Monsieur Rémy Aron n'est pas le représentant des artistes plasticiens en France et de plus le Président une association n'est que le représentant de son association, une association qui ne peut en aucun cas se substituer à d'autres associations ni se substituer aux syndicats.


déclaration du syndicat  CGT , SNAP CGT syndicat national des artistes plasticiens

"(...)cette assemblée générale n’a jamais été aussi forte, aussi tolérante, aussi unifiée.j’ai eu le soutien très clair et public de Gilles Fromonteil qui est vice président de l’Association et président du Conseil d’administration,ainsi que toutes les organisations professionnelles qui étaient présentes, le snapcgt, la cgt, Fo, et le syndicat des sculpteurs. Je veux dire qu’aujourd’hui la MDA est une structure statutairement unifiée, le régime dont elle a la charge fait partie de ses statuts, donc je veux dire que objectivement , le président de la MDA représente l’ensemble des artistes professionnels qui travaillent sur le territoire national(...) R.ARON"

"En aucun cas le Syndicat national des artistes plasticiens CGT, et à plus forte raison la CGT, n’ont apporté leur soutien à l’association Maison des artistes ni à son président Rémy Aron."

voir suite de l'article : lien : http://www.snapcgt.org/article.php3?id_article=105

déclaration de CAAP Comité des artistes-auteurs plasticiens :

"Au même titre que les autres organisations professionnelles, le CAAP a été invité à participer à une manifestation organisée en marge de l’assemblée générale de l’association La Maison Des Artistes.
Le CAAP ne participe pas à cette manifestation.
Nos raisons méritent d’être rappelées :
Son président Rémy Aron instrumentalise cette association pour promouvoir des vues politiques personnelles :
un soutien sans faille à Monsieur Sarkozy ; voir « Rémy Aron : instrumentalisation et manipulation"

voir suite de l'article : lien :
http://www.caap.asso.fr/spip.php?article98


Les Apea Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine rappelle que Monsieur Rémi Aron ne représente pas l'association des Apea.
 
Monsieur Rémy Aron n'est que le Président de la MDA asso et ne représente que son association et ses adhérents. Une association n'est pas un syndicat et nul ne peut obliger quelqu'un à adhérer à une association quel qu'en soit le motif sinon il y violation de l'article 20 de la déclaration universelle des droits de l'homme signée le Le 10 décembre 1948, les 58 Etats Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)). Pour commémorer son adoption, la journée des droits de l'homme est célébrée chaque année le 10 décembre.

Article 20 :
1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques. 
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Les Apea rappelle les textes fondamentaux de la loi du 1er juillet 1901 au sujet des associations

Titre 1er
Article 3

"Toute association fondée sur une cause ou en vue d'un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes mœurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l'intégrité du territoire national et à la forme républicaine du Gouvernement est nulle et de nul effet."

lili-oto Président des Apea

retour-home-volver  

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 23:04

 

Attention aux manipulations de Madame Christine Albanel, Ministre de la Culture dans une interview "complicité" avec Françoise Monnin dans la revue Artension !

 

Avant même de décortiquer cette interview, première mise en garde :

- Madame la Ministre Christine Albanel nous dit :
« Il arrive que des artistes prennent des positions à certains moments électoraux, instrumentalisant ainsi leur art pour des raisons diverses, des plus idéalistes aux plus intéressées. Je ne crois pas que cela soit convaincant Un engagement personnel est une chose, une confusion de territoire entre art et politique en est une autre. L’art y est toujours perdant. »

Et lorsque Rémi Aron artiste plasticien et Président de l’association Maison des Artistes MDA (reçu à l’Elysée) appelle à voter Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles en 2007, Madame Christine Albanel ne trouve rien à redire, dans ce cas la confusion ne la dérange pas et Madame Christine Albanel ne va certainement pas signer la pétition qui circule sur le net pour condamner Monsieur Rémi Aron alors dixit les dires de Madame la Ministre de la culture: « L’art y est toujours perdant ». Non, ne soyons pas sot ! Lorsque Madame Christine Albanel parle ainsi, dans la bouche d’une gaulliste, on connait la musique par cœur, c’est une véritable menace lancée aux artistes plasticiens qui à l’écouter ne devraient pas être des citoyens comme les autres. Les artistes ne peuvent pas comme tout citoyen ordinaire prendre des positions politiques non conformes au nouveau pouvoir mis en place par Messieurs Sarkozy et Fillon. Madame la Ministre de la Culture, Christine Albanel vient tout simplement définir les champs de compétences autorisées aux artistes plasticiens dans ce pays excluant donc le politique. Ce vieux discours nous le connaissons par cœur, mais il fut d’un autre temps, d’une autre époque, il sent la moisissure, un discours malséant d’un pouvoir gaulliste autoritaire face aux dites avant-gardes artistiques en France dans les années 50 à 70 et d’un point de vue plus général l’attitude gaulliste face aux jeunes et aux ouvriers en mai 68. Des propos que j’ai entendu dans la bouche de certains conseillers aux Arts Plastiques dans le gouvernement de gauche PS-PC après 1981. 

Une ministre de la Culture n’a pas à tracer le territoire de l’art, Madame la Ministre de la Culture Christine Albanel dans cette interview a largement dépassé la ligne jaune.

Premièrement un ministre de la Culture n’est pas un ministre des Arts (peut-être un super flic de la culture comme disait Dubuffet !).

Deuxièmement, les pouvoirs totalitaires ont toujours usés de ces mêmes méthodes et nous ne sommes pas sous un tel régime politique. A leur arrivée au pouvoir, ils ont toujours en premier lieu défini le territoire de l’art, puis celui des artistes, puis celle des compétences des arts avant d’encarter ces derniers pour les mettre au pas au pli ou les emprisonner voir les exterminer ! La vieille garde gaulliste nous ressert au petit déjeuner ces mets préférés même si nous faisons la différence entre un régime totalitaire et autoritaire! Nous sommes dans une République à bout de souffle où ces acteurs principaux, les élus, peinent à cacher la misère de leurs propositions, l’absence de solutions politiques pour freiner la précarité, la baisse du pouvoir d’achat, les disparités grandissantes entre riches et pauvres, l’exclusion. Une société qui fabrique un grand désarroi dans notre jeunesse qui détient le record du nombre de suicides qui nous fait à tous, parents, extrêmement peur. 


« L’art y est toujours perdant. » Dans cette 5eme République la cristallisation du pouvoir centralisé et autoritaire conformément aux vieilles traditions gouvernementales de droite ou de gauche, ce n’est pas l’art qui est perdant malgré la propagande du ministère de la culture mais les artistes plasticiens qui le sont lorsqu’ils sont sanctionnés pour leurs attitudes politiquement dites incorrectes, incorrectes c’est tout simplement ne pas être d’accord avec les deux partis politiques majoritaires de droite et de gauche. Pas d’exposition dans les musées ou centres d’art Contemporain, pas d’achat ou d’exposition dans les Frac ( Fond régional d’art contemporain) ou au FNAC (fond national d’art contemporain) , toutes ces institutions plus au moins aux ordres d’un certain centralisme parisien dont les couloirs nous mènent tout droit dans les couloirs des pouvoirs en place, économiques et politiques. Les menaces de Madame Christine Albanel s’adressent aussi aux galeristes privés et aux associations subventionnées car en France la séparation entre le pouvoir public et le marché privé ou les associations subventionnées pour l’art contemporain n’existe pratiquement pas !

N’oublions pas que Madame Christine Albanel tenait la plume pour l’ex-président Jacques Chirac. Une plume affinée pour les allocutions politiques et les déclarations élyséennes avec en prime manipulations, propagande et mensonges, la panoplie complète «routine et coutume» du parfait politicien … Une plume que tout pouvoir politique de toute obédience politique confondue use sans compter lorsqu’ils sont au pouvoir et ce dans toute l’histoire politique de cette planète certainement de l’antiquité à aujourd’hui ! Donc la réelle question est pourquoi Nicolas Sarkozy a nommé cette plume pour tenir le ministère de la Culture en France, l’homme libéral de droite et avocat de métier doit avoir une certaine conception de ce genre de ministère et de l’utilité de la culture pour renforcer l’image de son action politique.

N’oublions pas que la Ministre de la Culture Madame Christine Albanel est une femme d’appareil conjuguant l’appareil institutionnel à l’appareil politique. Les gens d’appareil n’ont qu’une vocation, servir l’appareil et ceux qui les nomment et elle l’a prouvé ! L’une de ces premières décisions à son arrivée au Ministère de la Culture fut de nommé Aguaillon, l’ex ministre de la Culture de Jacques Chirac à un nouveau poste, et donc nommer celui là même qui l’avait nommé elle-même quelques années auparavant ! Un message clair et fort sans aucune ambiguïté. La seule mission de madame Albanel sera de sauver le bateau ivre qui prend l’eau de partout, le Paquebot « 5eme République » en favorisant la communication (propagande) au détriment de la culture. Un grand ministère de la Communication à la disposition du pouvoir élyséen pour petit ministère de la Culture. Il n’y a qu’un petit pas à franchir pour écrire grand Ministère de la Propagande, le futur proche nous répondra ! 

N’oublions pas que ces gens d’appareil ont (nous le savons depuis fort longtemps) un réel mépris pour les artistes contemporains surtout pour les plasticiens. Ils préfèrent la culture des morts et de leurs œuvres à la création vivante ou la création contemporaine! Classer, répertorier, ranger, assembler, exposer les fleurons du patrimoine français, par exemple : peintures, sculptures, architecture est un sport plastique ou malléable avec des auteurs deux pieds sous terre qui ne vous feront aucune remarque pour des expositions dont les assemblages, les thématiques ou certaines absences les auraient certainement fait bondir de leur vivant ! 

Le prétexte d’un soi-disant Art Officiel dénoncé dans cette interview par la revue de Pierre Souchaud : Artension pour faire écran aux réels problèmes des artistes plasticiens en France confrontés à 90% à la précarité, la misère sociale, le non paiement de leurs droits, l’absence de budget conséquent à l’aide à la création, l’absence d’une véritable politique de construction d’ateliers à location plus que modérée, la main mise des pouvoirs politiques sur les espaces de diffusions institutionnels, l’absence de réels lieux de monstration indépendant sur la scène artistique française et l’inefficacité d’exporter notre art sur la scène étrangère sans compter un certain vide juridique grâce à l’absence d’un véritable statut voulu par les gouvernements successifs , le Parlement et le Sénat. 

Il n’y a pas d’art officiel en France, à part des idiots qui manipulent certains artistes plasticiens en opposant l’Art dit « Art Contemporain » à l’Art dit « singulier » et Madame la Ministre de la Culture Christine Albanel le sait très bien. La manipulation dans cet interview est aussi grasse que grosse pour piéger et manipuler ceux qui connaissent mal l'histoire de l’art, celle de ces artistes et de leurs rapports dans l'histoire avec les pouvoirs. En sous titre de l’article « ENTRETIEN » en gras et en gros : 

Madame Christine Albanel:
« Je suis prête à examiner tout ce qui peut améliorer les modalités d’intervention de l’état et tout ce qui peut nous prémunir d’un « art officiel » dont, si l’on est objectif, nous ne sommes pas menacés. »

Je ne vois pas comment une ministre de la Culture ou son homonyme et ce, dans toutes les périodes de l’histoire de l’art ou dans tous les états, empires ou dictatures sur cette terre pourrait prémunir les artiste d’un art officiel alors que la nature même de « l’art officiel » est d’être une arme esthétique de propagande instrumentalisée par le pouvoir en place. De qui se moque-t-on ?

Madame Christine Albanel:
« Le ministère s’est adapté. Il a abandonné son dessein régalien, son centralisme pour devenir un partenaire »

La partenaire et mécène à 400 euros par mois offert aux dizaines de millier d’artistes plasticiens au RMI ? « son dessein » mais la 5eme République n’a plus de dessein autre que sa belle mort et la mort de ses pratiques politiques d’un autre siècle !!! Tout autre dessein n’est que chimère ! Quant à son « centralisme » c’est la conception même des institutions de la 5eme République qui la portent et qui fait qu’elle perdure et demeure grâce à ses rectitudes bureaucratiques.

CETTE PHRASE ME DONNE RAISON :

Madame Christine Albanel:
 
Maîtriser, encarter, contrôler, surveiller en français albaleinien c’est une régulation
La phrase la plus importante de ces 5 pages d’interview « l’état accompagne des projets avec lesquels il est en accord » comme Monsieur Nicolas Sarkozy débauche des membres du Parti Socialiste avec lesquels il est d’accord, c'est-à-dire ne pas contester la fonction Présidentielle disproportionnée, excessive, inepte du Président Monarque et surtout ne pas vouloir la mort de la 5eme République, les deux des trois concepts indispensables pour travailler avec Nicolas Sarkozy, le troisième viendra après les élections municipales 2008 : « ne pas être laïque ».

« l’état accompagne des projets avec lesquels il est en accord »  (déjà, une conception ringarde, vieillote du rôle de l'état !). L’état dans cette phrase a un sens bien précis c’est lorsque le pouvoir politique et l’état ne sont qu’un et indivisible (état autoritaire). L’état ne peut pas accompagner un projet, mais ce sont ces représentants ou ces administrateurs comme par exemple le ministère de la culture ou la délégation aux arts plastiques et ceux qui ne sont pas d’accord politiquement avec ce pouvoir et sa représentante Madame Christine Albanel n’auront que les yeux pour pleurer et la mendicité comme reine et mécène !!! Lili-oto

« Cela ne veut pas dire que l’état n’est plus une force d’orientation, de proposition et, le cas échéant, de régulation, mais il partage son action avec d’autres qui sont en accord avec ses projets ou il accompagne des projets avec lesquels il est en accord. »


retour-home-volver   

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 04:26

Censure sur le forum du Conseil Général de Gironde pour les artistes plasticiens...Mais ce n'est rien face au cinquante mille jeunes (50000) de moins de 25 ans SDF qui vivent aujourd'hui en France dans la rue dans une misère totale et en danger... 

Alors que d'énormes cadeaux fiscaux ont été accordés aux riches toujours plus riches dans ce pays, tous ceux qui ont regardé l'émission Envoyé Spécial à la télévision du jeudi 10 janvier 2008 sur France 2 ont eu comme moi je le suppose du dégoût plein la bouche pour le pays la France où nous sommes nés et où nous vivons... Voir cette jeunesse pleine de vie réduite à la mendicité n'ayant pour lit que la rue car la pénurie volontaire et programmée froidement par la classe politique française avec les deux lois sur les baux d'habitation de 1986 et 1989 qui ont détruit le parc immobilier régit par la vieille loi de 1948 qui protégeait les gens, les vieux ou les jeunes les plus modestes. Tout agent immobilier digne de ce nom vous expliquera que c'est en créant une pénurie dans l'immobilier dans le plus bas de gamme favorisant les taudis, hotels insalubres et baux précaires que l'on obtient les plus grandes plus-values sur les locations du reste du parc immobilier et d'énormes plus-values sur les ventes de l'immobilier de luxe.... Aujourd'hui 50000 jeunes vivent en France dans la rue, ce sont nos enfants, 50000 enfants que nous torturons ouvertement et publiquement... Les loger ne coûte rien face aux cadeaux fiscaux offerts à la petite minorité de gens riches en France...

L'émission a battu son record d'audience, 5,5 millions de téléspectateurs sur France 2 présenté par Guilaine Chenu et Françoise Joly soit 24.5% du public présent devant leur poste de télévision.

      ---------------------------

Ce message ci dessous a été posté sur le forum du Conseil Général de Gironde, CG33
 et a été censuré en raison comme tout le monde le sait des futures éléctions municipales...

Une action culturelle et une politique culturelle sadique, corrosive, acide et sclérosée pour Bordeaux, la CUB de Bordeaux et le département de Gironde...


Au niveau national :
Encore un nouveau budget d'austérité pour la culture pour le Ministère de la Culture!

Selon l'article de Clarisse Fabre du journal le Monde du jeudi 1er novembre 2007 la culture va se serrer la ceinture. ( http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-973085,0.html?xtor=RSS-3246 )

Un gel de 6% des crédits plus important que celui de l'an dernier.

Madame Christine Albanel, ministre de la culture, a admis : " le budget 2008 de la culture est un budget contraint, d'austérité"

Une bataille PS et Albanel au parlement au sujet des crédits alloués au spectacle vivant en baisse de 414 000 d'euros selon le PS, faux! dit la ministre , tout au plus 50000 euros!

Que deviendra le projet de Sarkozy sur la gratuité des musées, seul dieu le sait!

Quant à la délégation aux arts plastiques, ni le gouvernement, ni l'opposition, PS, PC, Verts n'en parlent, ils s'en tapent!!! Nous les artistes plasticiens nous n'existons pas!

Au niveau du département de la gironde et du Conseil Général de Gironde

La politique culturelle de Conseil Général de Gironde face à la paupérisation et la précarité grandissante des artistes plasticiens (peintre, sculpteur, performer, dessinateur, installateur, photographe, arts numériques, acteur des arts de la rue, net art ou web art)  dans le département de la Gironde:

Pour avoir une bonne politique culturelle en faveur de la création au sein d'un conseil Général, il faut en premier lieu être entourer de bons conseillers pour les arts plastiques et les arts visuels car ce n'est pas de la compétence des élus, ce qui n'est pas le cas au Conseil Général de Gironde.

Lorsque vous demandez aux artistes plasticiens de remplir le formulaire obligatoire pour renouveler leur RMI (environ 400€ par mois) et pour soi-disant suivre leur activité et leur insertion, il faudrait déjà que le Conseil général de Gironde poursuive une politique culturelle en faveur de la création artistique et de la création contemporaine, ce qui n'est pas le cas! Demander aux artistes plasticiens de remplir ce formulaire lorsque on ne leur apporte aucune solution, c'est tout simplement surveiller, contrôler et essayer de maîtriser leur activité! Un abus de pouvoir, une atteinte pernicieuse à leur image! Une insulte, une démarche politique nuisible moralement et socialement! Un politique culturelle sadique ! C'est une honte et un scandale de faire chanter des artistes en leur demandant de justifier une éventuelle insertion alors qu'ils ont tous une activité artistique reconnue!


L'incompétence des élus politiques tout bord confondu dans leur refus d'accepter que la création artistique au même titre que la recherche scientifique sont les deux piliers indispensables à la bonne marche de l'humanité, nous renvoie à des moments historiquement "noirs" de l'histoire. Stalinisme, fascisme, révolution culturelle maoïste, Pol Pot! La France a malheureusement le record de suicide dans notre jeunesse ce qui fait peur aujourd'hui à tous les parents, le miroir d'une société gérée par une politique corrosive, acide, sclérosée. Le refus du concept d'une  humanité en marche et une attitude politique niant toute évolution.
Les artistes plasticiens de notre département de Gironde subissent de plein fouet les carences iintellectuelles et politiques de nos élus de gauche et de droite qui réduisent la créativité artistique et la création contemporaine en un simple tourisme de badauds pour dimanche et fêtes. Les Créateurs du département de Gironde sont les mendiants de l'administration culturelle française dont le seul objet est un tri sélectif  pour bons, loyaux ou mauvais sujets pour une caste politique afin de renforcer et propager leurs réseaux d'influence et d'opinion. Lili-oto

retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 13:54

Pierre Souchaud et sa revue Artension, Rémy Aron et la MDA, le Président de la République Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, Madame la ministre de la culture Christine Albanel, allez un petit effort et  tous à Disneyland!!!

 

Réponse de Lili-oto:

Alors que le journal américain The TIME en couverture publie un article sur la mort de la culture française, "The Death of French Culture" de DONALD MORRISON du 21 novembre 2007 qui fait scandale en France, nous artistes plasticiens préfèrons voir l'homme pour qui la Maison des Artistes avec la voix de son président Monsieur Rémy Aron ont appelé à voter au présidentielles 2007, Monsieur Nicolas Sarkozy se promener avec la chanteuse Carla Bruni au milieu des colonnes de Daniel Buren plutôt qu'à Disneyland à Paris dans les jours qui ont suivi la parution de cet article, ce qui est une véritable provocation pour toute la création artistique contemporaine en France.

Si vous aimer vous promenez dans les grandes villes de ce pays, partout vous trouverez des sculptures ou des installations dégradées par le temps, par de mauvaises intentions et surtout par le refus de l'état français, des collectivités territoriales d'entretenir correctement le patrimoine contemporain.

Alors, si il n'y avait que les colonnes de Daniel Buren à restaurer!!! 

On nous oppose le sens, les artistes au RMI et le prix du budget de cette restauration pour manipuler une fois de plus et faire écran aux réels problèmes dans ce pays qui n'a que mépris pour ces artistes plasticiens... Monsieur Pierre Souchaud n'oppose pas au prix de la restauration des colonnes de Buren l'augmentation scandaleuse de 206% du Président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy, pas plus qu'il n'oppose la paupérisation des artistes plasticiens au nouveau budget pharaonique de l'élysée qui passera de 32 millions d'euros à 100 millions d'euros (le prix de la propagande!). salaire multiplié par 2, Budget multiplié par 3 alors qu'il n'y a pas un rond à la délégations des Arts Plastiques, la DAP, pour les artistes plasticiens dans ce pays! il ne proposera pas aux riches et les cadeaux fiscaux offert par Monsieur Nicolas Sarkozy, à ces riches encore plus riches de mettre la main à la poche pour restaurer les colonnes de Buren ou d'entrouvrir leurs portes-monnaies pour aider les artistes plasticiens au RMI, NON! Pourquoi? Car il vont avoir d'autres aides tellement ils sont radins avec l'Art contemporain pour les inciter à acheter un peu de notre création contemporaine... Monsieur Pierre Souchaud parle d'artistes plasticiens au RMI mais il n'oppose pas cette pauvreté aux cumulards politiciens de droite comme de gauche qui gagnent des salaires de gros patrons et qui n'ont pas une seule oeuvre d'art sur leurs murs...

Alors opposer notre pauvreté matérielle et financière contre un autre artiste, ça sent le cadavre, car en effet c'est vouloir nous opposer à Buren. Buren a été un artiste gâté par les institutions, tant mieux pour lui, et moi je suis au RMi et je ne suis pas jaloux de Monsieur Buren, mais si je suis au RMI ce n'est pas à cause de l'omniprésence de Buren dans l'état mais à cause du mépris des élus de droite comme de gauche pour la création contemporaine et ses auteurs un mépris ou une haine qu'ils ont transmis dans toute l'arborescence de l'appareil d'état français et des collectivités territoriales... Ce n'est pas Monsieur Buren qui contrôle l'activité des artistes plasticiens au RMI mais les conseil généraux sans rien à proposer aux artistes, comme les DRAC, les FRAC, et ministères... Ne nous trompons pas d'ennemis!...

Mais Monsieur Pierre Souchaud avec sa revue Artension se gardent bien de parler des fortunes dépensées pour sauvegarder le patrimoine ancien, ce culte pour les morts en France au mépris des vivants. Il oublie volontairement de parler de tous ces artistes plasticiens sans être payés qui exposent à la journée du patrimoine et appeler à la rescousse chaque année pour remettre le public dans le droit chemin des châteaux ou autres reliques car la fréquentation du patrimoine français (ce qui est caché aux artistes plasticiens) connaît une énorme baisse de fréquentation...

Aller Pierre Souchaud, encore un effort ! A quand les dénonciations d'artistes et l'art dégénéré... Tu ne ressembles pas d'où je viens et ses pentes de la Croix Rousse à Lyon, il est vrai que Caluire, sur le plateau c'est plus bourgeois!!!


Mail récu le 7 janvier 2007


Dans le cadre de notre partenariat avec la revue "Artension", la maison des Artistes relaies la pétition proposée par Pierre Souchaud dans sa dernière édition :


A tous les artistes et amoureux de l'art qui veulent que cela bouge :

Soutenez Pierre Souchaud en envoyant la lettre-pétition
destinée à Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la république.

(voir les détails de l'opération en bas de cette page ou sur le site www.artension.fr)

 

Restaurons le Sens…plutôt que les colonnes de Buren !

On nous annonce le  coût exorbitant de la réfection des colonnes
de Daniel Buren au Palais Royal :
14 millions d’euros pour l’ensemble du Palais Royal, dont environ 3,2 millions pour la cour d’honneur,dont les colonnes de Buren. A titre comparatif, la subvention donnée à l'ensemble des salons historiques est de 0,8 million d'euros.

Nous estimons que l’État a suffisamment donné à Daniel Buren et
qu’il est temps aujourd’hui d’arrêter d’utiliser l’argent du contribuable
pour une œuvre d
ont  la valeur patrimoniale est incertaine.

En outre : la minimalité revendiquée  de l’ « outillage visuel » burennien
a permis, depuis bientôt 40 ans, à un même artiste,  une occupation
maximale des dispositifs muséaux  nationaux , de l’espace médiatique
et de la pensée administrante. Cette omniprésence et cette hyper-visibilité
ainsi conférées à ce seul artiste a entraîné une occultation de la richesse
et de la diversité des  autres expressions artistiques. Elle a ainsi causé
un préjudice de reconnaissance à l’ensemble de la création française,
qui équivaut à la disqualification  d’un patrimoine collectif.

C’est cet aspect - là du problème , au-delà des considérations d’ordre
financier, que nous vous demandons de prendre aussi  en compte,
pour choisir entre réfection et démolition dont les coûts respectifs sont équivalents.

Nous souhaitons également que cette polémique du « pour ou contre
la démolition », ne contribue pas à vous faire oublier la situation d’extrême 
précarité de 80% des artistes français ( 30% des artistes déclarés étant au RMI)
et l’état déplorable du marché intérieur de l’art.

Nous voudrions vous rappeler aussi que le projet de loi sur la défiscalisation
des achats d’œuvres d’art par les particuliers, proposé par la Maison Des Artistes,
nous semble plus important que celui de la restauration ou non des colonnes,
car il mettrait fin à 40 longues années de très consternante burénisation de la culture
et de l’art en France, et contribuerait vraiment à la  seule, nécessaire et urgente
restauration : celle du Sens.

Pierre Souchaud
Directeur du magazine Artension

Pour envoyer cette lettre à Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de
la République française, vous pouvez cliquer sur l'un des liens ci-dessous,
puis l'imprimer, la signer en bas de la page et la poster au tarif lettre normal.

Télécharger la lettre - format pdf

Télécharger la lettre - format word

Si vous n'arrivez pas à télécharger la lettre depuis ce mail, retrouvez ces
documents sur le site de Artension
www.artension.fr
 

Faites circuler ce mail autour de vous : pour attirer l'attention du Président
de la République, il faut que cette opération soit un succès massif !
Nous comptons sur vous pour envoyer ce courrier dès sa réception.
N'attendez pas car quelques courriers isolés n'auraient aucun effet.

Merci de nous prévenir sur artension.magazine @gmail.com dès
que vous aurez envoyé votre courrier au Président le la République.

retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 11:24
L'association des Apea Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine soutient totalement et sans réserve Bartabas en espérant que Madame ou Monsieur le Président du Tribunal sera indulgent dans cette affaire... Il ne serait pas faux de dire que parmi nous artistes plasticiens il ne nous est pas arrivé au moins une fois la sérieuse envie de "péter un câble" et de piquer un coup de sang similaire à Bartabas en réponse au mépris que nous subissons depuis deux décennies par certains employés des DRAC en France ou des institutions culturelles, musées ou centres d'art contemporain. Face aux graves problèmes que nous subissons dans les arts plastiques : notre paupérisation croissante et honteuse dans un pays industriel et face au refus des fonctionnaires de l'état de prendre en compte la diversité artistique, les rapports entre les artistes et les représentants des administrations et institutions culturelles sont de plus en plus tendus. Nous comprenons parfaitement le coup de sang de Bartabas à la DRAC Ile-de-France sachant pertinemment qu'un coup de sang n'est pas la solution pour résoudre ces graves problèmes et nous espérons de tout coeur l'indulgence des juges... Lili-oto président des Apea Bordeaux.

Journal quotidien Libération
Culture Bartabas emballé par V.N.
http://www.liberation.fr/culture/300002.FR.php

Journal quotidien le Monde Le "coup de sang" de Bartabas lié à la délicate situation financière de son école par Emmanuel de Roux
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-996590,0.html

Journal quotidien le Monde
"Bartabas, cavalier et metteur en scène Je ne regrette rien" par Emmanuel de Roux
http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-996591@51-996674,0.html

Journal quotidien Le Figaro : une erreur suscite la colère de Bartabas par Marie-Douce Albert
http://www.lefigaro.fr/culture/2007/12/26/03004-20071226ARTFIG00200-une-erreur-suscite-la-colere-de-bartabas.php

Journal quotidien Le Figaro :
Albanel condamne Bartabas (Source : AFP)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2007/12/24/01011-20071224FILWWW00342-albanel-condamne-bartabas.php

Nouvel OBS BARTABAS ECRIT A ALBANEL "Les raisons de la colère"
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/opinions/20080102.OBS3036/les_raisons_de_la_colere.html

 
retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 23:36

Pourriez-vous définir ce qu'est l'art contemporain ? 
 
Réponse : L'art actuel ou la création contemporaine, création vivante de nos jours. L'attribut art contemporain en tant que label n'est qu'une invention à la fois marchande et institutionnelle qui n'a aucun fondement artistique, c'est à dire que ce label n'a pas pour fondement un courant artistique, une mouvement artistique ou une mouvance artistique... Seule la France dans les pays dits industriels est un état avec une omniprésence dans les arts plastiques, musées d'art contemporain, centres d'art contemporain, etc,  il faut remonter sous le stalinisme, maoïsme ou le fascisme pour retrouver un état dominant sur les arts plastiques même si cette dominance en France ces deux dernières décennies est de nature différente des totalitarismes car elle n'a pas pour expression un art officiel dicté ou autorisé par l'état. 
 
Pourquoi ? , C'est lié directement à la nature des mouvements artistiques du 20ème siècle, de Dada aux dernières avant-gardes qui étaient engagés politiquement très à gauche ou d'extrême gauche, anarchiste, trotskiste, maoïste etc... Les grands partis en France conservateurs de droite (RPR, UMP, centristes) et réformateurs (PS) n'avaient depuis fort longtemps aucun lien avec tous ces courants artistiques, voir même une aphasie dialectique avec la nature des discours de tous ces artistes . L'université et son système de mandarins n'avaient aucune influence sur ces mouvements artistiques qui échappaient totalement au contrôle des disons intellectuels et  il y avait aussi une réelle fracture avec l'enseignement universitaire, les écoles d'art, les conservateurs de musées et tous ces courants artistiques. La création de Beauboug sous Pompidou puis sous la gauche à partir de 1981 ont été des réponses politiques afin de réaffirmer le rôle de l'état sur les arts plastiques en maîtrisant, encartant, contrôlant la création contemporaine en France afin que les élus de la nation retrouvent une place dans ce domaine où ils n'étaient pas désirés voir indésirables. Le nouveau rôle de l'institution culturelle a permis à partir de 1882-83 de réintroduire les enseignants en histoire de l'art et dans les écoles de beaux Arts dans le processus de la création contemporaine et surtout dans ces espaces de diffusions (musées et centres d'art contemporain). C'est seulement à partir de 1981 que nous avons vus autant de profs des Beaux Arts exposés dans ces centres ou musées comme la nouvelle articulation de la création contemporaine avec la complicité des nouveaux conservateurs ou directeurs formés à l'université de cette institution culturelle naissante renforcée par la délégations aux arts plastiques au ministère de la culture et les DRAC directions régionales des affaires culturelles, (la nouvelle préfecture de la création contemporaine). Avec la main mise de l'état français sur les espaces de diffusion , l'état et les régions ont joué un nouveau rôle dans l'achat ou l'acquisition d'oeuvres d'art contemporaine notamment avec les FRAC dirigés par des directeurs formés à l'université avec des conseil d'administration composés d'élus et de réseaux.

Pourriez-vous définir ce que n'est pas l'art contemporain ?
 
L'utilisation de la notion d'art contemporain comme critère sélectif:
 
L'utilisation d'art contemporain comme énonciation d'une pensée ou d'une activité artistique particulière est un postulat imaginaire nécessaire dans un contexte où l'a priori se pourvoit en un impératif annihilant le principe fondamental et prépondérant de la faculté de juger et des conditions nécessaires et favorables aux possibilités de l'analyse critique ou de la controverse. L'utilisation de la notion d'art contemporain comme critère sélectif comme dans l'institution culturelle française ou ses administrations culturelles (ministère de la culture, délégation aux arts plastiques (DAP), musées et centres d'art contemporain, marché de l'art contemporain, foires de l'art contemporain (FIAC), administrations culturelles (DRAC), collections publiques (CNAP, FRAC)) est une utilisation abusive d'un faux label, une réalité objective mensongère et trompeuse contraire à l'art dont le seul objet est de servir de simples convergences d'intérêts afin d'interagir sur la modélisation de l'arborescence d'une appartenance à un groupe ou une fonction.
 
Le faux débat opposant le label Art Contemporain et le label Arts Singuliers 

Ce faux débat est une manipulation à l'intention des artistes plasticiens, monté de toute pièce, il provient politiquement d'individus de la même classe ou tendance politique et il sert à faire écran aux véritables problèmes des artistes plasticiens en France, leur paupérisation, la diffusion de leurs oeuvres, le manque d'ateliers, etc... L'utilité de cette manipulation est de légitimer l'appartenance à l'un des deux groupes afin d'autolégitimer ces soi-disant groupes ou labels et de ceux qui agitent la carotte. L'art est d'une pratique singulière même s'il est conceptuel, minimal etc.... Sinon, il n'y a pas art.
 
Parler de l'art avec pertinence!"?"
 
L'art est création, porteur de sens, une dimension esthétique, une expression du sensible dans une expérience d’une relation singulière hors norme transcendant la conceptualisation de ses moyens et de sa propre finalité. Un noeud entre le mental et le sensible se liant au sein de l'hétérogène.  Lili-oto
http://lili-oto.over-blog.com/, artiste plasticien et Président des Apea Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine.  

lien http://forums.france3.fr/ce-soir-ou-jamais/Participez-aux-debats/vive-contemporain-sujet_422_1.htm#bas

retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 18:29

Bonjour
Nous suivons votre démarche mais vos choix mérite un large débat sur les questions que vous soulevez qui peuvent être parfaitement contestables. Le forum de la MDA a sauté avec son contenu et ce n'est pas en faisant le forcing ou table rase des différentes solutions et les différents points de vue que ce soit des syndicats ou des assos et des collectifs, en passant outre ce débat avec une interview médiocre de Christine Albanel dans Artension sur un éventuel art officiel que chacun sait n'existe pas en France pour instrumentaliser les artistes plasticien avec une manipulation nécessaire pour faire écran aux véritables problèmes rencontrés par les artistes plasticiens en France face à la paupérisation de leur activité et l'action néfaste des réseaux mêlant l'institution et le privé. Vous allez passer outre tous les réels problèmes des artistes plasticiens dans ce pays. La défiscalisation n'apporte pas une solution véritable car elle ne concerne qu'un marché économique qui n'a jamais reflété la véritable création contemporaine. Le fossé se creuse entre les créateurs et l'institution culturelle (musée et centre d'art contemporain ) mais aussi entre les créateurs et les galiéristes qui sont avant tout des commerçants même si ce métier a ses lettres de noblesse.
 
Les membres de l'association des Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine les Apea prennent acte des méthodes populistes et anti-démocratiques de ceux qui prétendent apporter des solutions alors qu'ils n'agissent que pour leurs intérêts propres.
Les Apea et son Président Lili-oto

Nota: la médiocrité combinée avec la magouille politicienne ne sont-elles pas le langage de la 5eme république ? De toute façon toutes décisions prises à l'encontre des artistes plasticiens et ce avec le législateur prendront rendez-vous avec la Cour Européenne des droits de l'homme, si ces décisions sont néfastes, nuisibles, nocives, corrosives, préjudiciables et dommageables c'est à dire attentoire à la création contemporaine et à l'activité de ces créateurs... En espérant que syndicats, fédérations, associations ou collectifs seront se lier pour ce genre de procés...
Salutations. 

lili-oto

> Message du 06/12/07 21:39
> De : "Etienne Caveyrac"
> A : lili-oto@
>Copie à :
> Objet : Marché de l'art - Mesures urgentes
>
>

A tous les artistes,

 

Nous préparons une importante opération visant à alerter les Pouvoirs Publics
> sur l'urgence de prendre des dispositions favorisant la relance du marché
> de l'art pour les artistes vivants.

>
> Nous avons pour cela besoin de votre concours :

>
> Un projet a été initié par la Maison des Artistes et relayé par la revue Artension
> dans le cadre d'une réunion préliminaire qui s'est tenue au Sénat début 2007.
>
> Des réunions importantes attendent Rémy Aron et les responsables de la
> Maison des Artistes dans les prochaines semaines pour défendre ce projet.
>
> Afin d'appuyer leur démarche, nous proposons aujourd'hui de lancer une
> grande enquête auprès de centaines de milliers de Français pour vérifier que
> la mesure proposée sera accueillie favorablement par le public et d'essayer
> de comprendre les raisons qui ont amené le marché de l'art d'aujourd'hui à
> paupériser une population toujours plus nombreuse d'artistes.

 

La participation que nous vous proposons dans cette opération
> aura trois phases distinctes :

>
> D'une part, nous vous proposons de nous soumettre les questions et
> sujets que vous souhaitez voir proposer aux Français dans le cadre de cette
> enquête. Les questions revenant le plus souvent ou paraissant les plus
> pertinentes seront intégrées dans le questionnaire.
>
> D'autre part nous vous proposerons de relayer le questionnaire du sondage
> auprès de votre fichier d'amis ou de collectionneurs afin de réunir le plus
> grand nombre possible de réponses, et d'être en mesure de proposer des
> chiffres de participation significatifs.

 

Enfin, lorsque le projet sera suffisamment avancé auprès des Pouvoir Publics,
> nous vous proposerons de participer à une opération de sensibilisation de vos
> élus (Députés, Sénateurs...) afin que l'importance de ce sujet éclate au grand jour
> et que l'attention des politiques soit attirée au bon moment.

> Pour proposer les questions du sondage auprès des français, merci
> de cliquer sur le lien suivant et de remplir le questionnaire :

> http://admin.etudes-sondages.com/sondage.php?id=66a5e10e6a414262ef591ac59f81785635

> Si le lien direct ne marche pas, copier-coller l'adresse ci-dessus dans votre navigateur.

> Nous comptons sur vous pour relayer ce message le plus largement possible auprès
> d'artistes peintres, sculpteurs, plasticiens que vous connaissez.

> Bien cordialement
>
> L'équipe des Solutions créatives
> L'équipe de Artension


retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 13:05
Iain Levison signe un article dans le journal Libération du Samedi 24 novembre 2007 intitulé "Le nouvel Ordre social des artistes" traduit par Jean-Charles Burou.

Ecossais, scolarisé aux Etats unis, il excerce pendant dix ans des petits boulots... Il publie "Tribulations d'un précaire" et auparavant il a publié "Un petit boulot" et "Une canaille et demie". Donc le titre de cet article est lié à une journée où un ingénieur se retrouve pas en phase dans un mariage avec un entourage "cultureux" dans le milieu des arts... je le cite : " Ce n'est pas de la pauvreté que nous faisons l'expérience quand nous luttons. C'est de la peur de devenir insignifiants"...
Je trouve au vu du contenu de l'article, le titre un peu racoleur... Lili-oto

voir et copier ce lien : http://www.liberation.fr/transversales/weekend/293451.FR.php


retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 12:32

Un article de Claudine MULARD dans le journal "le Monde" du vendredi 23 novembre 2007 avec une photo impressionante en 1er page des manifestant, photo de Mario ANZUONI de l'agence Reuters.

"Depuis trois semaine les scénariste d'Hollywood sont en grève afin d'obtenir la revaloristion de leurs droits..." En plus, ils manifestent, 4000 personnes dans la rue...!... Ce qu'ils veulent : "leurs droits d'auteur sur les ventes de DVD et l'extension de ces droits au nouveaux médias (internet, i-Pods, téléphonie mobile)..."

Mais ils y a aussi des piquets de grève à l'entrée des studios d'hollywood... Tiens TF1 aurait pu au journal de 20 heures nous en parler afin d'expliquer les justes méthodes de la légitime grève des cheminots de la SNCF et de la RATP... Pourquoi ce silence???

De plus si la négociation n'aboutit pas
, "la production de presque toutes les séries (une quarantaine) et des sitcoms (une vingtaine) seraient stoppée, et l'économie de la région pourrait souffrir d'une perte de 20 millions de dollards..." 

Alerte : Allo TF1, Outre-Manche cher nos amis américains ça sent la prise d'otage de téléspectateur et le chantage!!!... Vite des images et des commentaires!!!

Voir lien et le copier :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3476,36-981354,0.html?xtor=RSS-3210

Alors, artistes plasticiens, quand dans la rue pour réclamer nos droits??? Une refonte des aides à la création, du soutien et un véritable programme d'accession à la location à loyers modiques d'ateliers d'artistes, une refonte totale du système Rmi artiste qui n'est aujourd'hui qu'un contrôle des artistes plasticiens en les maintenant dans une précarité et une misère inhumaine, de l'obligation du paiement de nos droits de présentation!!! 

Suivons le modèle américian de Sarkozi - Fillon - Benamou - Albanel  

                                      SOYONS AMERICAINS!!!

Pas de piquets de grève devant l'entrée du Ministére de la Culture, tout ce décide entre Nicolas Sarkozy et Georges-Marc Benamou (le conseiller à la culture et l'audiovisuel de Sarkozy) . Si on lit entre le ligne de l'article souscité sur Benamou, on croit comprendre que la ministre de la Culture, Christine Albanel fait le garde meuble en entendant un futur Malraux ou peut-être tout simplement jusqu'aux prochaines éléctions municipales de 2008...?...

Piquets de grève
devant l'entrée du Musée du Louvre, devant les entrées de Beaubourg, Centre Pompidou et devant l'entrée Musée d'Art Moderne de la ville de paris, du Palais de Tokyo, devant l'entrée du Petit Palais, devant l'entrée du Musée d'Orsay, devant l'entrée du Musée Bourdelle, devant l'entrée du Musée Picasso, devant l'entrée du Musée Zadkine, devant l'entrée du Musée Maillol, devant l'entrée du Grand Palais, etc...


Piquets de grève devant l'entrée du Musée des Beaux Arts de Lyon,  devant l'entrée du Musée d'Art Contemporain de Lyon, de l'institut d'Art Contemporain de Villeurbanne, du Musée des Beaux arts de Grenoble, devant l'entrée du Musée des Beaux Arts de Marseille, devant l'entrée du Musée d'Art Contemporain MAC de Marseille, devant l'entrée du Musée d'Art Moderne de Strasbourg, devant l'entrée du Musée des Beaux Arts de Strasbourg, etc... Partout en france
 

Piquets de grève devant l'entrée de tous les FRAC fonds régionaux d'art Contemporain et devant l'entrée de toutes les DRAC direction régionale des Affaires Culturelles et bloquons l'entrée du FNAC fonds national d'art Contemporain : 

DRAC Alsace Strasbourg et FRAC Alsace Selestat. 
DRAC  Aquitaine Bordeaux et FRAC  Aquitaine Bordeaux.
DRAC  Auvergne Clermont-Ferrand et FRAC  Auvergne Clermont-Ferrand. 
DRAC  Bourgogne Dijon et FRAC  Bourgogne Dijon. 
DRAC  Bretagne Rennes et FRAC  Bretagne  Chateaugiron. 
DRAC Centre Orléans et FRAC Centre Orléans
.
DRAC Champagne-Ardenne Châlons-en-Champagne et FRAC Champagne-Ardenne Reims.
DRAC Corse Ajaccio et FRAC Corse Cortes. 
DRAC Franche-Comté
Besançon et FRAC Franche-Comté Besançon
DRAC Guadeloupe Basse-Terre 
DRAC Guyane Cayenne
DRAC Ile de France Paris et FRAC Ile de France Paris

DRAC Languedoc-Roussillon
Montpellier et Drac Languedoc-Roussillon Montpellier. 
DRAC Limousin Limoges et FRAC Limousin Limoges. 
DRAC Lorraine Metz et FRAC Lorraine Metz.
 
DRAC Martinique
Fort de France et FRAC Martinique Fort de France. 
DRAC Midi-Pyrénées Toulouse et FRAC Midi-Pyrénées Toulouse. 
DRAC Nord - Pas-de-Calais Lille et FRAC Nord - Pas-de-Calais Dunkerque. 
DRAC Basse-Normandie Caen et FRAC Basse-Normandie Caen. 
DRAC Haute-Normandie Rouen et  FRAC Haute-Normandie Sotteville-les-Rouen. 
DRAC Pays de la Loire Nantes et FRAC Pays de la Loire Carquefou.
DRAC Picardie Amiens et FRAC Picardie Amiens. 
DRAC Poitou-Charentes Poitiers et FRAC Poitou-Charentes Angoulème. 
DRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur Aix-en-Provence et FRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur Marseille. 
DRAC Réunion Saint-Denis et FRAC Réunion Saint-Denis.
DRAC Rhône-Alpes Lyon et FRAC Rhône-Alpes Institut d'art contemporain Villeurbanne.
 
DRAC
Région Saint-Pierre-et-Miquelon à Saint-Pierre-et-Miquelon
Mission des Affaires Culturelles Nouvelle-Calédonie Nouméa .

ALORS SOYONS AMERICAINS, COPIONS L'ACTION DES SCENARISTES AMERICAINS!!!

APPELER VOS SYNDICATS SNAP CGT
(Syndicat national des Artistes Plasticiens CGT) ou SNSP (Syndicat National des sculpteurs et Plasticiens)
, appeler vos associations ou fédération, FRAAP, CAAP, les collectifs d'artistes Plasticiens, mais c'est aux syndicats de lancer l'action!!!! C'est leur JOB!!! Fédérations d'artistes plasticiens, Associations d'Artistes Plasticiens, collectifs d'artistes plasticiens prendront le relai s'ils sont OK.

lili-oto

retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 10:19
Aux élus qui refusent d'englober et de prendre en compte dans les subventions  municipales de la mairie de Bordeaux, de la CUB de Bordeaux, du Conseil Général de Gironde ou du Conseil Régional d'Aquitaine pour les artistes plasticiens (peintre, sculpteur, dessinateur,  performer, plasticien vidéaste, art numérique, plasticien installateur...) le paiement des droits de présentation ou de monstration. Aux équipes d'Alain Juppé, de Philippe Madrelle et d'Alain  Rousset. Quand à la CUB de Bordeaux elle préfère gérer les poubelles à la Culture et l'Art qui n'existent pas à l'aveuglement de ses élus de gauche et de droite!


Mairie Expulsable
Recrute Artistes Plasticiens
NON Rémunérés
Pour Sculptures monumentales
VENET nombreux
SOUTENEZ NOUS !
Devenez artiste de l'équipe municipale
Imaginons ensemble Bordeaux
.
PATRIMOINE ELECTORAL
.
Envoyez vos projets à
ducaillou@mairie-expulsable.fr


Politique culturelle à Bordeaux, dans la CUB de Bordeaux, le département de Gironde et la région d'Aquitaine.
Principe et Méthode pour exposer. Les enjeux . Économie. Élection municipale 2008. Politique. Art. Culture. Artiste. Art contemporain.
Pour les Artistes Plasticiens, peintre, sculpteur, installateur, artiste plasticien vidéaste, performer, tagueur, graffeur, aérosol artistes, web art ou net art, art contemporain, art vidéo, arts numériques, arts plastiques, art actuel, art brut, arts singuliers...

Quand il y a de l'argent à gogo€ Monsieur Philippe Madrelle Président du Conseil Général de Gironde pour des lustres d'églises subventionnés par ceux qui nous font de grandes leçons de morale démagogues et populistes sur la laïcité! Il y a obligatoirement de l'argent pour des subventions destinées aux artistes plasticiens et leur création dans le respect de leurs droits.
L'un n'empêche pas l'autre! lili-oto

retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine,Apea,Bordeaux,Gironde,France.
  • : artistes plasticiens, les Apea est une association d'art et artiste plasticien en Aquitaine, Pour artiste et les artists. Une création comme la peinture, peintre artiste, la sculpture, la video ou le tableau. Ce blog est à la fois un blog art, un blog artiste, un blog culture, un blog création, un blog politique, un blog artistique et un blog artiste plasticien. Ils exposent en galerie, exposition de sculpture, sculpteur, Bordeaux en art contemporain, arts visuels, arts plastiques et beaux arts
  • Contact

Pratique artistique

Nous sommes pour une pratique artistique dans une liberté absolue et contre la muséification ou la muséalité de la création contemporaine. Nous sommes totalement opposés à la spéculation dans l’art contemporain, à ce marché international spéculatif d’œuvres de l’esprit où les gros marchands d’art se gavent de profits juteux et mafieux en cloisonnant la création contemporaine avec des collectionneurs d’art, grands patrons français qui font les beaux dans les ventes aux enchères dans les grandes salles de ventes à Londres ou à new York. Ils achètent à grands coups de millions d’euros des œuvres avec l’argent des augmentations confisquées aux salariés aujourd’hui licenciés dans leurs grandes entreprises et multinationales. Nous rappelons que les artistes demandent à vivre dignement de leurs pratiques artistiques, ils n’ont jamais exigé richesse, de vivre du raquette des actionnaires sur le pouvoir d’achats des salariés ou de la spéculation boursière, être artiste n’est pas une profession libérale.

E
xtrait du Livre de Michel Onfray (philosophe): Politique du rebelle : chapitre De l’art, vers une esthétique généralisée.
"(…) Or tous les régimes, tous les pouvoirs politiques savent ce lieu stratégique et veulent le confiner, maîtriser, limiter, contenir, voire le contrôler radicalement. Certains utopistes aspiraient purement et simplement au bannissement des poètes de la cité, d’autres à leur inféodation franche et nette ; ailleurs on confondait la fin de l’histoire avec la fin de l’art, d’où une réalisation de la digestion définitive des artistes par le corps social.(...)Un esthétique généralisée assume et revendique cette filiation pour répondre aux misères généralisées du marché. Les figures rebelles et résistantes risquent l’absorption dans l’histoire de l’art, puis la digestion avant de retrouver le marché. Alors, elles grossissent le rang du bourgeois, celui qui, selon la définition flaubertienne, pense bassement – il est d’autant moins qu’il a. L’art qui a cessé de résister doit périr, remplacé par un autre qui, lui, résistera. Dans cette guerre quand l’un tombe, le suivant reprend le drapeau. Que disparaissent les parasites fixés au musée, à demeure plus que de raison, ou n’envisageant plus aucun travail sans viser d’abord l’exposition.(..) C'est-à-dire au-delà du nécessaire utile à l’avancement et à la prolifération des idées. Dés qu’une station se prolonge, le risque d’un dépérissement du travail augmente. Exposée, une œuvre s’ankylose proportionnellement à son temps d’immobilité. Le lieu délétère et dévitalisant, abaisse la température du travail incandescent jusqu’à tendre vers zéro, point d’inefficacité maximale en deça de toute nuisance possible. Or le programme d’une esthétique radicale consiste toujours à refuser la bêtise. Les musées et les endroits officiels agissent comme des chambres froides où les feux furieux se rétrécissent, s’épuisent et finissent par s’éteindre, consumés par un gel raréfiant les possibilités de la vie." Michel Onfray

Extrait du livre de Pierre Bourdieu (philosophe) dans Contre-feux 2 aux éditions Raisons d’agir
"(…) La culture est menacée parce que les conditions économiques et sociales dans lesquelles elle peut se développer sont profondément affectés par la logique du profit dans les pays avancés où le capital accumulé, condition de l’autonomie, est déjà important (…) Les peintres (artistes) ont mis prés de cinq siècles pour conquérir les conditions sociales qui ont rendu possible un Picasso ; ils ont dû – on le sait par la lecture des contrats – lutter contre les commanditaires pour que les œuvres cessent d’être traitées comme un simple produit, évaluées à la surface peinte et aux prix des couleurs employées ; ils ont dû lutter pour obtenir le droit à la signature, c'est-à-dire le droit d’être traité comme des auteurs. Ils ont dû lutter pour le droit de choisir les couleurs qu’ils employaient, la manière de les employer et même, tout à la fin, notamment avec l’art abstrait, le sujet même, sur lequel pesait particulièrement le pouvoir du commanditaire. (…)" Pierre Bourdieu

artiste situation

Les Apea et nos points de vue sur la situation des artistes pasticiens et des artistes plasticiennes en France

-

L'institution culturelle Française a exclu des artistes plasticiens ou artistes plasticiennes (peintres, sculpteurs, installateur, ...) depuis 25 ans pour des raisons politiques et sectaires. Ces Artistes vivent aujourd'hui dans la misère, la pauvreté et le mépris et quelque fois ces artistes se suicident ou se détruisent. Les responsables sont les élus français républicains qui ont des attitudes de monarques favorisant une oligarchie culturelle qui violent le caractère pluraliste de l'expression de la diversité des courants artistiques et des courants de pensée. Les institutions culturelles françaises non démocratiques refusent de diffuser l'art au nom de sa diversité d'une manière complète et équitable. Ces institutions culturelles françaises programment les thématiques artistiques de leurs choix sans prendre en compte les réalités artistiques reflètant les activités et les préoccupations artistiques sur le territoire français. Des artistes depuis 25 ans refusent de se soumettre à cette autorité ou cette police culturelle.

-

In France since 25 years the state and the French cultural institution have excluded from the artists (painters, sculptors,...) for political or sectarian reasons.these Artists live today in misery, poverty and the contempt and some time they commit suicide. These Artists live in misery, poverty and the contempt and some time these artists commit suicide. The persons in charge are the republican French elected officials who adopt attitudes of monarchs supporting a cultural oligarchy and violating the pluralist character of the expression of the diversity of the artistic currents and the currents of thought. The antidemocratic French cultural institutions refuse to diffuse art in the name of its diversity in a complete and equitable way.The antidemocratic French cultural institutions program the artistic sets of themes their choices without taking into account artistic realities reflecting the artistic activity and concerns on the French territory. Artists since 25 years refuse to subject themselves to this authority or this cultural police.

-

L'istituzione culturale francese ha escluso artisti plastici (pittori, sculpteurs) da 25 anni per ragioni politiche e settarie. Quest'artisti vivono oggi nella miseria, la povertà ed il dispetto ed alcune volte quest'artisti si suicidano o si distruggono. I responsabili sono gli eletti politici francesi repubblicani che hanno atteggiamenti di monarchi che favoriscono una "oligarchie" culturale che violano il carattere pluralistico dell'espressione della diversità delle correnti artistiche e delle correnti di pensiero. Le istituzioni culturali francesi non democratiche rifiutano di diffondere l'arte in nome della sua diversità in modo completo ed equo. Quest'istituzioni culturali francesi programmano le tematiche artistiche delle loro scelte senza tenere conto delle realtà artistiche reflètant le attività e le preoccupazioni artistiche sul territorio francese. Artisti da 25 anni rifiutano di sottoporsi a quest'autorità o questa polizia culturale.

-

 

"(...) le concept d'art doit remplacer le concept dégénéré de capital.(...) le capital c'est la dignité humaine et la créativité.(...) L'art est le capital.(...) Le capital, c'est la capacité humaine et ce qui en découle. (...) deux relations bipolaires: la créativité et l'intention de l'homme.(...) Grâce à un dialogue ininterrompu entre les hommes, cela peut-être sans cesse discuté, cela peut se transformer en une productivité infinie qui forme et transforme le monde et dans certaines circonstances construit un cosmos tout à fait nouveau et précisément ne le détruit pas. Joseph Beuys
-

 

 

ON NE JETTE PAS LES ARTISTES A LA RUE - PAIEMENT DES DROITS DE PRESENTATION ou DE MONSTRATION- LES ARTISTES PLASTICIENS AUX RMI ça suffit!!!   
 
 
 

biennale de Lyon OUT

UNIQUEMENT
AVEC NOUS
LES
ARTISTES
-
ILS NOUS VOLENT
NOTRE LIBERTE

 APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE L'ART

FRANCE ART CONTEMPORAIN 2009


Téléchargez le texte ci-dessous sur la présentation de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT 2009, contre la biennale de Lyon officielle
2009 et la préfiguration du post - fascisme culturel globaliste et mondialiste, avec l'explication et l'histoire du concept confus du sigle commercial d'"art contemporain". Ce texte n'est pas corrigé, désirant le mettre en ligne rapidement. Une deuxieme version corrigée et remodelée sera mise en ligne prochainement. Vous pouvez le télécharger, vous le trouvez en version PDF ci-dessous.

biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf

biennale art contemporain OUT Lyon 2009 France
  lire articles :


biennale contemporain de Lyon 2009 avec Hou Hanru et Thierry Raspail

biennale contemporain de Lyon OUT a pour objet
biennale de Lyon
Vive la biennale d'art contemporain OUT de Lyon 2009
today's life mission impossible pour une biennale d'art contemporain
Comment critiquer une œuvre d’art
Comment critiquer un artiste
Critique d’art
définition de biennale d’art contemporain
Psychologie de l’art
Collection d’art contemporain
Collectionneur d’art contemporain
Conseil d’état pour la création artistique
Marché de l’art contemporain
Marchand d’art contemporain
Définition de art contemporain
De la notion libertaire de la création contemporaine
Ministre de la culture
Commissaire d’exposition
Musée d’art contemporain
De l’autorité en art
Conflits d’intérêts en art contemporain