Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 20:16

Les Apea condamnent bien sûr toute forme d’attaque contre les œuvres d’artistes comme celles qui ont été scandaleusement orchestrées contre les œuvres de l’artiste Andres Serrano à Avignon et de l‘artiste camerounais Pascale Marthine Tayou à Lyon. Des groupes extrémistes pour pouvoir exister médiatiquement s’attaquent à des œuvres d’art, ce n’est pas une première ! Les artistes font ce qu’ils veulent et ces attaques réactivent la mémoire de l’histoire des artistes dans l’art face au dogmatisme. La liberté d’expression, du sujet, de signature, du choix des couleurs comme le texte de Pierre Bourdieu cité en haut de ce blog nous rappelle que ces libertés ont été acquises après un long chemin tout au long de l’histoire non de l’art mais de l’histoire des artistes. Est-ce que la guerre est ouverte entre l’église et l’art, il est évident que non ! On ne considère pas les croyants et pratiquants comme des extrémistes. On remarque la réaction des mécènes comme LVMH ou la fondation Cartier qui ont tout de suite démenti avoir une quelconque participation dans cette exposition. Les Apea condamnent aussi ces mécènes de l’art dit contemporain qu’ils soient financiers, industriels ou richissimes actionnaires et riches collectionneurs qui eux formatent la création contemporaine selon leur idéologie économique et politique, c'est-à-dire la mondialisation par la globalisation du néo libéralisme, ce capitalisme sauvage et prédateur. Dans l'article du journal le Monde du 22 avril 2011, Philippe Dagen, un journaliste que nous respectons, même si nous ne partageons pas obligatoirement ses points de vue, souligne que les sujets religieux réapparaissent depuis un quart de siècle dans les arts. Dagen nous dit «  la prospection de la représentation et des sujets religieux a fini par donner à des artistes le désir d’y revenir. » Bof ! Il a bien d’autres d’objets que la religion pour se retrouver face au rapport frontal de la représentation picturale, comme par les  guerres de Sarkozy en Afghanistan, en Libye ou en Côte d’Ivoire… Et d’autres sujets; La misère et la paupérisation des populations par ces mêmes riches collectionneurs d’art contemporain, financiers ou industriels… Le sacré est bien secondaire face aux urgences sociales, d’injustices, d’inégalités. Pourquoi ces expositions ne nous montrent jamais un art de la représentation contre le dogmatisme autoritaire, despotique, tyrannique, discrétionnaire et arbitraire de cette oligarchie mondiale qui assassine les peuples au nom de la dictature de l’argent et du pouvoir ? Pourquoi on n’expose pas en France des artistes engagés politiquement contre cette mondialisation véreuse et mafieuse de cette globalisation de l’ultra capitalisme. Car ceux qui ont la main mise sur le fric de ce faux label d’art contemporain sont mondialement et en France aussi tyranniques que ces extrémistes de cette droite radical (extrême droite) si chère à Sarkozy. Les acteurs de cette mondialisations, ces nouveaux maitre du monde, on les retrouve par exemple dans le parti conservateur américain qui pour certains sénateurs sont encore plus extrémistes que l’extrême droite française. Nous faire croire que l’extrême droite serait en rupture avec le capitalisme sauvage est bien sûr totalement faux ! L’extrême droite est à droite de la droite et elle a pour programme le despotisme ultra capitaliste. Ce despotisme que Sarkozy avec des réseaux financiers et industriels, mais aussi avec des réseaux d’influences et médiatiques aimerait mettre en place en France avec ses amis de cœur et d’intellect; l’extrême droite française et étrangères. Le capitalisme sauvage a besoin des outils du despotisme pour spolier les populations et des manettes de l’instrumentalisation politique pour avancer à visage voilé et duper les peuples. La question aujourd'hui est pourquoi autant d'artistes dans la création contemporaine jouent-ils avec le feu comme l'on fait honteusement ces soi disant ministres de gauche qui ont travaillé avec Sarkozy. La véritable question est pourquoi fait-on la guerre à nos libertés et pourquoi autant d'artistes talentueux en France sont dans l'exclusion sociale et artistique? Pourquoi une telle politique culturelle ou artistique et institutionnelle en France fait-elle le jeu de l'extrème droite. Lili-oto

 

http://img.over-blog.com/380x380/0/33/48/71/artiste-international/artiste-international-star.jpg

 

http://img.over-blog.com/380x218/0/33/48/71/la-guerre-art-contemporain/guerre.jpg

 

http://img.over-blog.com/380x219/0/33/48/71/la-guerre-art-contemporain/la-guerre.jpg

 

http://img.over-blog.com/380x259/0/33/48/71/la-guerre-art-contemporain/guerre-art-contemporain.jpg

http://img.over-blog.com/380x259/0/33/48/71/la-guerre-art-contemporain/guerre-conflit.jpg

 


retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 18:02

Les artistes sont pour la grève générale en France, la démission du gouvernement Sarkozy et une rupture totale avec le néolibéralisme et sa mondialisation qui désagrège le tissu économique, le tissu social, le tissu intellectuel et culturel. La reconstruction du tissu social, économique, intellectuel et culturel implique d’autres ingrédients que la logique du marché, de la spéculation et de la recherche permanente de profits juteux et véreux voir mafieux. Il faut tout revoir, une nouvelle porte s’ouvre à nous ; celle de notre avenir et de notre devenir, le respect de l’individu, de ses libertés et de la biodiversité. Prenons en main nos vies et ne la laissons pas aux prédateurs, jouons sur une autre partition pour une mélodie à visage humain !

 

Apea-jaune.jpg
retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 17:43

Tolérance zéro pour le racisme d'état ! Le boycott est la seule solution face à la xénophobie, le taper systématique et lâche sur les immigrants pauvres, les roms tout en protégeant les grandes fortunes françaises par l'impunité fiscale, la paupérisation de notre population alors que les banques s'enrichissent à milliards d'euros tous les mois, punir les maires de l'opposition qui ne veulent pas se ranger derrière la ligne politique sectaire et déviante du gouvernement... Les artistes de gauche libres et indépendants sont solidaires des gens du voyage, des Roms, des immigrés, des pauvres, des ouvriers, des salariés, des chômeurs, des SDF et des artistes sans un sou qui sont agressés violemment dans notre pays par une minorité de prédateurs politiques aux ordres des intérêts des spéculateurs de la finance et de l'industrie. Des mots d'ordre qui s'inscrivent dans le droit chemin du nouvel ordre économique mondial, un mondialisme ultra libéral dont le seul objectif est d'assassiner toute forme de démocratie, faire plier les populations en montant les citoyens les uns contre les autres, en terrorisant les plus faibles et les plus démunis... Les grandes fortunes françaises et les grands actionnaires sont aux commandes de l'état français et c'est reparti comme sous l'occupation (et ça leur avait rapporté gros!), come back and remake! Être artiste et exposer dans les institutions artistiques et culturelles françaises aujourd'hui est une honte, un chèque en blanc à la politique culturelle xénophobe menée par Sarkozy et son gouvernement. Nous parlons bien de culture xénophobe, car chasser les roms, c'est chasser la culture rom, gitane, manouche et tsigane, des mélodies qui nous bercent depuis notre enfance, des mélodies existentialistes, des génies de la musique, mais aussi des artistes peintres, des artisans d'art... Les institutions culturelles et artistiques nous salissent nous artistes contemporains en France par leur complicité et leur obéissance à ce gouvernement ami des richissimes collectionneurs d'art et sa politique économique. Les artistes ne peuvent qu'appeler au boycott de ses institutions françaises (musées d'art contemporain, Frac, Drac, Cnap) qui sont poings liés avec Sarkozy, poings liés avec les doctrines économiques ultra libérales mondialistes et son marché d'art contemporain international véreux et mafieux. De plus, les artistes ne peuvent que lancer un appel au boycott de toutes les revues ou magazines d'art contemporain qui soutiennent ces institutions culturelles et artistiques françaises et qui excluent systématiquement de leurs pages les artistes de gauche libres et indépendants s'opposant à Sarkozy. Nous artistes libres et indépendants, nous demandons à la communauté internationale dans toutes les grandes manifestations d'art contemporain le boycott de la représentation culturelle et artistique de la France et de ces artistes institutionnels car il en va dans chaque pays organisateur de la réputation même de leurs propres artistes, de leur art et de leurs œuvres. Nous demandons à tous les artistes étrangers de boycotter les expositions en France programmées dans ces institutions françaises comme les musées d'art contemporain ou programmées par les collectivités territoriales (région, département et ville) quelque soit leur couleur politique. Nous demandons à l'Europe de stopper toutes les subventions culturelles ou artistiques accordées à la France.

APPEL AU BOYCOTT DES INSTITUTIONS ARTISTIQUES ET CULTURELLES FRANÇAISES, musée d'art contemporain, Frac, Drac, Cnap

APPEL AU BOYCOTT DE TOUTES LES REVUES ET MAGAZINES D'ART CONTEMPORAIN

APPEL AU BOYCOTT A L'ÉTRANGER PAR TOUTE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE DE LA REPRÉSENTATION CULTURELLE ET ARTISTIQUE FRANÇAISE ET DES ARTISTES FRANÇAIS DITS INSTITUTIONNELS DANS TOUS LEURS GRANDS ÉVÉNEMENTS D'ART CONTEMPORAIN


boycott art et culture
retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 14:00

"Les artistes et la politique", lili-oto prépare une exposition organisée par Artoong Studio "artiste et la politique, la grande sarkolade" pour le mois d'aout 2010 dans la région Languedoc Roussillon. Une exposition art numérique et net art.

Une exposition cet été motivée par l'actualité nationale, les scandales et ce contexte politique répugnant. La corruption politique est malheureusement la représentation actuelle de la politique française qui transforme le pays en un théâtre pour spectacle people. Lire + http://0z.fr/kJrk1


d_tail_8.jpg

 
Ps: cette photo de l'installation artistique "hommage à Otto Dix" est juste un clin d'oeil à notre actualité politique française mais ne fera pas partie de l'exposition, un clin d'oeil justifié par certaines oeuvres de la Nouvelle Objectivité et leur contexte, ou celles de George Grosz, peintre allemand qui fut aussi membre du mouvement artistique Dada avec Raoul Hausmann....Deux artistes peintres allemands qui composaient l'aile gauche (politiquement) du mouvement artistique de la nouvelle objectivité.


Artoong Studio dénonce les méthodes du Conseil régional du Languedoc Roussillon et celles du Frac fond régional d'art contemporain Languedoc Roussillon qui a organisé cet été l'exposition "Casanova forever" sans lancer un appel d'offre public aux artistes dans la région Languedoc Roussillon, une exposition où l'on retrouve les artistes petits copains des politiques et fonctionnaires de l'art avec la présence notamment de galeries d'art parisiennes... Des méthodes de gestion de l'art contemporain opaque dans le droit fil conducteur du gouvernement Sarkozy et ces méthodes gouvernementales. Bien sûr ces méthodes culturelles défendues par Georges Frèche président du Conseil régional du Languedoc Roussillon et Josiane  Collerais vice présidente à la culture devrait intéresser au plus haut point monsieur le Procureur de la république, il me semble qu'une enquête s'impose. Il va de soi que ces expositions sur commande, puisque la thématique est stricte et imposée (Casanova) devait faire l'objet d'un appel d'offre public comme toute commande de marché public. De plus cette exposition défend de fait des intérêts privés, comme ceux de galeries d'art (des commerçants d'art) qui s'offrent une vitrine publique au frais de l'argent du contribuable (par les plaquettes et publicité) avec ces artistes institué ou institutionnels. Est-ce que leurs artistes ou les galeries elles-mêmes ont touché de l'argent (subventions) ? Est-ce que le travail des artistes a été subventionné pour être mis en vente avec une marge bénéficiaire au profit des galeries d'art pour les artistes contractés par les galeries d'art ? Nul ne le sait, seul une enquête indépendante nous permettra de nous répondre, une réponse à laquelle les contribuables, public et artistes indépendants ont le droit de savoir. Ces méthodes font un grand tord à la création contemporaine et elles constituent une concurrence déloyale et scandaleuses envers les artistes non institutionnels, elles ont en plus pour objectifs d'assassiner la création contemporaine et ses artistes plasticiens auteurs qui ne se retrouvent pas dans les petits souliers de tout ce petit milieu. En plus l'institution culturelle qui nous la joue « Casanova forever » alors que cette même institution a importé en France cette création contemporaine anglo-saxonne puritaine du marché international véreux de l'art contemporain ne peut que nous faire sourire... le pauvre Casanova a de quoi piquer une colère dans sa tombe, lui qui s'est confronté en permanence à l'ordre moral d'une institution nommée « l'église » comme tous les libertins. Cette conception de l'industrie culturelle de masse pulsionnelle comme celle défendue par Gérard Collomb maire de Lyon (qui a défendu politiquement Georges Frèche) avec sa biennale d'art contemporain de Lyon à grand coup de millions d'euros, espérons disparaitra du visage de la politique française avec la clique de Sarkozy.  Je rappelle que ce label international commercial véreux d' »art contemporain » baignant dans les délits d'initiés a servi comme l'a expliqué dans son documentaire Ben Lewis a approché les richissimes (grandes fortunes) collectionneurs d'art par les banques offshores pour échapper au fisc de leur pays. PS: Artoong Studio n'est pas et n'a jamais été subventionnée. 


retour-home-volver

Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 15:25

Il est étonnant de voir à quel point les artistes ont talent et ingéniosité à triturer, modeler, façonner, sculpter toute forme de concepts alors qu’ils restent muets lorsqu’il s’agit de remodeler, repenser les structures institutionnelles, de remettre en cause l’instauration même de ce pouvoir et les fondements du marché international véreux de l’art dit contemporain, quel silence !

Le pouvoir aime les artistes dans l'art contemporain ou les arts visuels qui jouent une mélodie culturelle juste et harmonieuse aux règles libérales édictées par les intérêts des prédateurs de la finance et de l'industrie internationale et bien sûr de la bulle financière de l'art dit contemporain et ses plus values juteuses, véreuses et scandaleuses.

 


j-aime-les-musiciens-copie-1.jpg

 

Un mot nouveau apparait dans l’environnement de l’art : le Lumpenartist. Lire la suite de l'article, blog lili-oto : http://0z.fr/_SLaD

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:33
Aujourd'hui, il est temps que ceux qui se sont brossés sur le dos des artistes pour faire carrière au sein du ministère de la culture ou pour s'en servir de pilier pour une promotion politique rendent aux créateurs français le ministère de la culture. Trop de politiciens véreux se sont servis de ce ministère pour étendre leurs réseaux, arroser les petits copains ou des associations amies au détriment de la création contemporaine dans l'art contemporain et le spectacle vivant. Pour respecter le contribuable français, il faut déjà respecter la démocratie, y compris la démocratie culturelle, ce qui est loin d'être le cas en France et dans ce ministère, y compris dans les Drac, direction régionale des affaires culturelles. L'utilisation des subventions par un petit nombre de décideurs asservis au deux grands partis politiques français, UMP et PS, ont surtout renforcés les injustices sociales et l'exclusion des créateurs ou des artistes. Le ministère de la culture est l'ossature indispensable pour coordonner les politiques en faveur de la création contemporaine, garant des diversités artistiques et culturelles, mais les ministres qui l'ont dirigé en ont fait une machine à exclure et abattre tous ceux qui refusaient de se soumettre à une obéissance aveugle à cette monarchie républicaine style 5eme république ou qui refusaient de reconnaître au monarque ministre une quelconque légitimité. La culture dans son ensemble représente 30% du quotidien de chaque français, le ministère de la culture à un budget qui ne représente pas 1% du budget de l'état français. Cette année 2009 va certainement confirmer l'effondrement du marché de l'art, du Wall Street art que le ministère de la culture a toujours soutenu via sa délégation aux arts plastiques, nous avons besoin d'une nouvelle donne pour les politiques culturelles et artistiques mais ce n'est certainement pas avec un Sarkozy, président de la république inculte et ringard que les choses vont changer. Nous avons soupé de ce CAC 40 culturel et de cette spéculation financière servant de référent pour des artistes de "super marchés" soutenus par les institutions culturelles et artistiques. Aujourd'hui les collections d’art contemporain des grandes fortunes françaises ou étrangères ne sont que des produits dérivés pour affirmer des choix de markéting stratégiques par des grands groupes et leurs PDG ou leurs actionnaires majoritaires, un simple outil de communication ou de propagande et non un outil culturel pour tous. Trop souvent dans les grandes expositions, la rumeur parle de conflits d'intérêt comme ce fut le cas de l'exposition de Jeff Koons au château de Versailles organisé par Jean-Jacques Aillagon avec le soutien de la ministre de la culture Christine Albanel, ce que seul un juge est apte à confirmer ou démentir. Le peu de moyens financiers à la disposition des associations qui défendent les intérêts des artistes empêchent celles-ci de saisir systématiquement la justice pour obtenir des enquêtes et des condamnations s’il y a vraiment conflits d'intérêts. Il n'y a aucune transparence dans l'organisation des expositions des institutions culturelles, Frac, musées d'art contemporain ou autres, pas d'appel d'offre à candidature. Vous ne trouverez pas sur le site des Frac, fonds régionaux d'art contemporain, les noms des membres des commissions techniques et leurs métiers ou professions, un écran nécessaire pour camoufler lors des achats pour les collections des régions de France ces supposés conflits d'intérêts, une politique du silence et du secret voulue et commanditée par les élus des Conseils régionaux toutes étiquettes politiques confondues et soutenue par les présidents des Frac (qui sont des associations) et leurs directeurs nommés par les élus et les divers composantes de l'appareil de la délégation aux arts plastiques du ministère de la culture. En France, en art contemporain dans les institutions culturelles et artistiques, il n'y a pas de démocratie ni à droite ni dans les régions de gauche, il faut vraiment avoir peur des artistes pour en arriver là! Nous pouvons parler en France d'un ministère de la culture ringard, vieillot, dépassé avec ses propres logiques d'appareils qui fait la peau depuis de longues années à toute dynamique favorable à une création contemporaine indépendante ou aux artistes dits "électrons libres" . Oui pour un ministère de la culture mais non à ce ministère de la culture de monarques républicains style 5eme république, et oui à la démocratie culturelle ouverte, c'est à dire oui à la naissance d'une nouvelle république, une 6eme république respectueuse de la démocratie, une nouvelle méthode de gouvernance politique et économique et donc un nouveau "ministère des diversités culturelles et des pluralités artistiques", une nouvelle donne!!!  lili-oto




retour-home-volver

 


Partager cet article
Repost0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 09:36
Art Basel de Miami Beach. La plus grande Foire d'art contemporain au monde est touchée par la crise financière et bancaire. Le capitalisme et le marché mondial spéculatif de l'art contemporain reçoit une nouvelle châtaigne ! Les profits juteux OUT ! La spéculation met un pied à terre ! Vivement le chaos de ce marché de l'art contemporain véreux !

L'ultralibéralisme et le marché sauvage néo capitaliste tue à petit feu les marchands internationaux qui étaient à la recherche de profits spéculatifs sur des œuvres d'artistes contemporains. La politique culturelle libérale défendue par L'UMP et la tendance à droite dans le Parti socialiste (gauche libérale) mais aussi les institutions françaises comme les Frac, les Drac, le Cnap et certains musées d'art contemporain comme à Beaubourg ou le palais de Tokyo est encore une fois condamnée par la crise économique capitaliste et systémique.  Après les maisons Christie's et Sotheby's, des commissaires-priseurs qui poussent des soupirs de désolation, des adjudications inférieures aux estimations basses ; les tourmentes sont récurrentes sur le marché de l'art mondial.

Une claque pour les 250 galeries représentant quelque 2.000 artistes venant de 33 pays. Des chiffres d'affaire en diminution de 30% à 50%. Le marché de l'art spéculatif s'écroule face à la crise financière et surtout ce concept idiot d'économie libérale qui fait la peau depuis trois décennies à la création contemporaine dans le monde, refusant toute notion économique juste d'un art équitable, où l'artiste n'est plus le pion et le poulain voir une marionnette des grands marchands ou grands collectionneurs d'art contemporain, où l'artiste reçoit une part financière équitable pour son travail ou son activité artistique dans le respect de ses choix et non soumis à des effets de mode ou de consumérisme.

Une situation qui désavoue cette exposition clinquante et ringarde de Jeff Koons organisée par le ce gouvernement français d'extrême droite de Nicolas Sarkozy – Fillon – Alain Juppé, Christine Albanel (ministre de la culture), Jean-Jacques Aillagon (patron du château de Versailles), Alain Seban (patron de Beaubourg) et Cornette de Saint Cyr (patron de palais de Tokyo) et leur conception débile de la création contemporaine et surtout de la place de l'artiste dans la société française. 

Depuis des années de milliers d'artistes talentueux vivent dans l'exclusion en France car ils ne se sont jamais reconnus dans cette politique culturelle ultralibérale, le culte du fric pour le fric, le culte de l'hyper marchandisation des œuvres de l'esprit, le culte du roi collectionneur patron de multinationales qui licencient les salariés, le culte de la connerie culturelle et ce culte de la personnalité...

Cette crise qui touche aujourd'hui les grandes places du commerce de l'art confirme l'article de Lili-oto sur la "Croissance artistique face à la décroissance culturelle" mis en ligne et sur des forums Tv, mis en ligne le 15-09-2007 sur le forum de France 3 " Ce soir ou jamais",  il y a quelques mois, les artistes ont senti bien avant les économistes officiels, les marchands d'art et les responsables des institutions culturelles français que nous étions entrain de changer d'ère, je ne cesse de le dire... Lili-oto




(guillotine rose de lili-oto parodiant l'exposition de Jeff Koons au château de Versailles)


retour-home-volver




Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 12:32

Un article de Claudine MULARD dans le journal "le Monde" du vendredi 23 novembre 2007 avec une photo impressionante en 1er page des manifestant, photo de Mario ANZUONI de l'agence Reuters.

"Depuis trois semaine les scénariste d'Hollywood sont en grève afin d'obtenir la revaloristion de leurs droits..." En plus, ils manifestent, 4000 personnes dans la rue...!... Ce qu'ils veulent : "leurs droits d'auteur sur les ventes de DVD et l'extension de ces droits au nouveaux médias (internet, i-Pods, téléphonie mobile)..."

Mais ils y a aussi des piquets de grève à l'entrée des studios d'hollywood... Tiens TF1 aurait pu au journal de 20 heures nous en parler afin d'expliquer les justes méthodes de la légitime grève des cheminots de la SNCF et de la RATP... Pourquoi ce silence???

De plus si la négociation n'aboutit pas
, "la production de presque toutes les séries (une quarantaine) et des sitcoms (une vingtaine) seraient stoppée, et l'économie de la région pourrait souffrir d'une perte de 20 millions de dollards..." 

Alerte : Allo TF1, Outre-Manche cher nos amis américains ça sent la prise d'otage de téléspectateur et le chantage!!!... Vite des images et des commentaires!!!

Voir lien et le copier :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3476,36-981354,0.html?xtor=RSS-3210

Alors, artistes plasticiens, quand dans la rue pour réclamer nos droits??? Une refonte des aides à la création, du soutien et un véritable programme d'accession à la location à loyers modiques d'ateliers d'artistes, une refonte totale du système Rmi artiste qui n'est aujourd'hui qu'un contrôle des artistes plasticiens en les maintenant dans une précarité et une misère inhumaine, de l'obligation du paiement de nos droits de présentation!!! 

Suivons le modèle américian de Sarkozi - Fillon - Benamou - Albanel  

                                      SOYONS AMERICAINS!!!

Pas de piquets de grève devant l'entrée du Ministére de la Culture, tout ce décide entre Nicolas Sarkozy et Georges-Marc Benamou (le conseiller à la culture et l'audiovisuel de Sarkozy) . Si on lit entre le ligne de l'article souscité sur Benamou, on croit comprendre que la ministre de la Culture, Christine Albanel fait le garde meuble en entendant un futur Malraux ou peut-être tout simplement jusqu'aux prochaines éléctions municipales de 2008...?...

Piquets de grève
devant l'entrée du Musée du Louvre, devant les entrées de Beaubourg, Centre Pompidou et devant l'entrée Musée d'Art Moderne de la ville de paris, du Palais de Tokyo, devant l'entrée du Petit Palais, devant l'entrée du Musée d'Orsay, devant l'entrée du Musée Bourdelle, devant l'entrée du Musée Picasso, devant l'entrée du Musée Zadkine, devant l'entrée du Musée Maillol, devant l'entrée du Grand Palais, etc...


Piquets de grève devant l'entrée du Musée des Beaux Arts de Lyon,  devant l'entrée du Musée d'Art Contemporain de Lyon, de l'institut d'Art Contemporain de Villeurbanne, du Musée des Beaux arts de Grenoble, devant l'entrée du Musée des Beaux Arts de Marseille, devant l'entrée du Musée d'Art Contemporain MAC de Marseille, devant l'entrée du Musée d'Art Moderne de Strasbourg, devant l'entrée du Musée des Beaux Arts de Strasbourg, etc... Partout en france
 

Piquets de grève devant l'entrée de tous les FRAC fonds régionaux d'art Contemporain et devant l'entrée de toutes les DRAC direction régionale des Affaires Culturelles et bloquons l'entrée du FNAC fonds national d'art Contemporain : 

DRAC Alsace Strasbourg et FRAC Alsace Selestat. 
DRAC  Aquitaine Bordeaux et FRAC  Aquitaine Bordeaux.
DRAC  Auvergne Clermont-Ferrand et FRAC  Auvergne Clermont-Ferrand. 
DRAC  Bourgogne Dijon et FRAC  Bourgogne Dijon. 
DRAC  Bretagne Rennes et FRAC  Bretagne  Chateaugiron. 
DRAC Centre Orléans et FRAC Centre Orléans
.
DRAC Champagne-Ardenne Châlons-en-Champagne et FRAC Champagne-Ardenne Reims.
DRAC Corse Ajaccio et FRAC Corse Cortes. 
DRAC Franche-Comté
Besançon et FRAC Franche-Comté Besançon
DRAC Guadeloupe Basse-Terre 
DRAC Guyane Cayenne
DRAC Ile de France Paris et FRAC Ile de France Paris

DRAC Languedoc-Roussillon
Montpellier et Drac Languedoc-Roussillon Montpellier. 
DRAC Limousin Limoges et FRAC Limousin Limoges. 
DRAC Lorraine Metz et FRAC Lorraine Metz.
 
DRAC Martinique
Fort de France et FRAC Martinique Fort de France. 
DRAC Midi-Pyrénées Toulouse et FRAC Midi-Pyrénées Toulouse. 
DRAC Nord - Pas-de-Calais Lille et FRAC Nord - Pas-de-Calais Dunkerque. 
DRAC Basse-Normandie Caen et FRAC Basse-Normandie Caen. 
DRAC Haute-Normandie Rouen et  FRAC Haute-Normandie Sotteville-les-Rouen. 
DRAC Pays de la Loire Nantes et FRAC Pays de la Loire Carquefou.
DRAC Picardie Amiens et FRAC Picardie Amiens. 
DRAC Poitou-Charentes Poitiers et FRAC Poitou-Charentes Angoulème. 
DRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur Aix-en-Provence et FRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur Marseille. 
DRAC Réunion Saint-Denis et FRAC Réunion Saint-Denis.
DRAC Rhône-Alpes Lyon et FRAC Rhône-Alpes Institut d'art contemporain Villeurbanne.
 
DRAC
Région Saint-Pierre-et-Miquelon à Saint-Pierre-et-Miquelon
Mission des Affaires Culturelles Nouvelle-Calédonie Nouméa .

ALORS SOYONS AMERICAINS, COPIONS L'ACTION DES SCENARISTES AMERICAINS!!!

APPELER VOS SYNDICATS SNAP CGT
(Syndicat national des Artistes Plasticiens CGT) ou SNSP (Syndicat National des sculpteurs et Plasticiens)
, appeler vos associations ou fédération, FRAAP, CAAP, les collectifs d'artistes Plasticiens, mais c'est aux syndicats de lancer l'action!!!! C'est leur JOB!!! Fédérations d'artistes plasticiens, Associations d'Artistes Plasticiens, collectifs d'artistes plasticiens prendront le relai s'ils sont OK.

lili-oto

retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 21:59

Il s'est tenu une réunion avec l'adjoint à la culture de la mairie de Bordeaux avec des artistes plasticiens (sculpteurs) où bien sûr les Apea ont été exclus et son président Lili-oto comme les Apea sont aussi exclus des réunions au Conseil Général de Gironde et au Conseil régional d'Aquitaine.

L'adjoint à la culture a proposé aux artistes plasticiens à Bordeaux l'installation de sculptures monumentales au frais des artistes plasticiens pour un éventuel événementiel.

Nombreux artistes plasticiens présents à la réunion après l'installation provisoire de Bernard Venet de douze sculptures dans la ville de Bordeaux , une installation d'un coût d'aprés nos informations de cent mille euros lui ont répondu : paiement des droits de présentations, paiement du coût de fabrication des sculptures, paiement du coût du transports, paiement  du montage et démontage, etc...

                                                                           lire la suite...
 

retour-home-volver   

Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 09:48

une pétition a été signée par des artistes plasticiens reconnus avec les mêmes mots, des analyses similaires aux Apea, un copier-coller de nos textes pour tous ceux qui connaissent nos mots durs contre l'institution culturelle française. Tant mieux, ça légitime nos dires et notre lutte pour notre survie. Mais nous sommes surpris qu'aucun de ces artistes signataires n'ont signé la pétition contre l'expulsion de Lili-oto dans cette soi-disante rue du Faubourg des Arts à Bordeaux qui est la résultante de la création stupide de la commission des artisans d'art au sein de la DAP (Direction des Arts Plastiques).

Les Apea ont pourtant du respect pour Philippe Dagen journaliste au Monde puisque nous conseillons toujours aux artistes plasticiens de lire "La Haine de l'Art" de philippe Dagen chez Grasset (1997) qui est toujours un livre d'actualité.

les signataires de cette pétition sont par exemple   lire la suite de l'article...


retour-home-volver   

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine,Apea,Bordeaux,Gironde,France.
  • : artistes plasticiens, les Apea est une association d'art et artiste plasticien en Aquitaine, Pour artiste et les artists. Une création comme la peinture, peintre artiste, la sculpture, la video ou le tableau. Ce blog est à la fois un blog art, un blog artiste, un blog culture, un blog création, un blog politique, un blog artistique et un blog artiste plasticien. Ils exposent en galerie, exposition de sculpture, sculpteur, Bordeaux en art contemporain, arts visuels, arts plastiques et beaux arts
  • Contact

Pratique artistique

Nous sommes pour une pratique artistique dans une liberté absolue et contre la muséification ou la muséalité de la création contemporaine. Nous sommes totalement opposés à la spéculation dans l’art contemporain, à ce marché international spéculatif d’œuvres de l’esprit où les gros marchands d’art se gavent de profits juteux et mafieux en cloisonnant la création contemporaine avec des collectionneurs d’art, grands patrons français qui font les beaux dans les ventes aux enchères dans les grandes salles de ventes à Londres ou à new York. Ils achètent à grands coups de millions d’euros des œuvres avec l’argent des augmentations confisquées aux salariés aujourd’hui licenciés dans leurs grandes entreprises et multinationales. Nous rappelons que les artistes demandent à vivre dignement de leurs pratiques artistiques, ils n’ont jamais exigé richesse, de vivre du raquette des actionnaires sur le pouvoir d’achats des salariés ou de la spéculation boursière, être artiste n’est pas une profession libérale.

E
xtrait du Livre de Michel Onfray (philosophe): Politique du rebelle : chapitre De l’art, vers une esthétique généralisée.
"(…) Or tous les régimes, tous les pouvoirs politiques savent ce lieu stratégique et veulent le confiner, maîtriser, limiter, contenir, voire le contrôler radicalement. Certains utopistes aspiraient purement et simplement au bannissement des poètes de la cité, d’autres à leur inféodation franche et nette ; ailleurs on confondait la fin de l’histoire avec la fin de l’art, d’où une réalisation de la digestion définitive des artistes par le corps social.(...)Un esthétique généralisée assume et revendique cette filiation pour répondre aux misères généralisées du marché. Les figures rebelles et résistantes risquent l’absorption dans l’histoire de l’art, puis la digestion avant de retrouver le marché. Alors, elles grossissent le rang du bourgeois, celui qui, selon la définition flaubertienne, pense bassement – il est d’autant moins qu’il a. L’art qui a cessé de résister doit périr, remplacé par un autre qui, lui, résistera. Dans cette guerre quand l’un tombe, le suivant reprend le drapeau. Que disparaissent les parasites fixés au musée, à demeure plus que de raison, ou n’envisageant plus aucun travail sans viser d’abord l’exposition.(..) C'est-à-dire au-delà du nécessaire utile à l’avancement et à la prolifération des idées. Dés qu’une station se prolonge, le risque d’un dépérissement du travail augmente. Exposée, une œuvre s’ankylose proportionnellement à son temps d’immobilité. Le lieu délétère et dévitalisant, abaisse la température du travail incandescent jusqu’à tendre vers zéro, point d’inefficacité maximale en deça de toute nuisance possible. Or le programme d’une esthétique radicale consiste toujours à refuser la bêtise. Les musées et les endroits officiels agissent comme des chambres froides où les feux furieux se rétrécissent, s’épuisent et finissent par s’éteindre, consumés par un gel raréfiant les possibilités de la vie." Michel Onfray

Extrait du livre de Pierre Bourdieu (philosophe) dans Contre-feux 2 aux éditions Raisons d’agir
"(…) La culture est menacée parce que les conditions économiques et sociales dans lesquelles elle peut se développer sont profondément affectés par la logique du profit dans les pays avancés où le capital accumulé, condition de l’autonomie, est déjà important (…) Les peintres (artistes) ont mis prés de cinq siècles pour conquérir les conditions sociales qui ont rendu possible un Picasso ; ils ont dû – on le sait par la lecture des contrats – lutter contre les commanditaires pour que les œuvres cessent d’être traitées comme un simple produit, évaluées à la surface peinte et aux prix des couleurs employées ; ils ont dû lutter pour obtenir le droit à la signature, c'est-à-dire le droit d’être traité comme des auteurs. Ils ont dû lutter pour le droit de choisir les couleurs qu’ils employaient, la manière de les employer et même, tout à la fin, notamment avec l’art abstrait, le sujet même, sur lequel pesait particulièrement le pouvoir du commanditaire. (…)" Pierre Bourdieu

artiste situation

Les Apea et nos points de vue sur la situation des artistes pasticiens et des artistes plasticiennes en France

-

L'institution culturelle Française a exclu des artistes plasticiens ou artistes plasticiennes (peintres, sculpteurs, installateur, ...) depuis 25 ans pour des raisons politiques et sectaires. Ces Artistes vivent aujourd'hui dans la misère, la pauvreté et le mépris et quelque fois ces artistes se suicident ou se détruisent. Les responsables sont les élus français républicains qui ont des attitudes de monarques favorisant une oligarchie culturelle qui violent le caractère pluraliste de l'expression de la diversité des courants artistiques et des courants de pensée. Les institutions culturelles françaises non démocratiques refusent de diffuser l'art au nom de sa diversité d'une manière complète et équitable. Ces institutions culturelles françaises programment les thématiques artistiques de leurs choix sans prendre en compte les réalités artistiques reflètant les activités et les préoccupations artistiques sur le territoire français. Des artistes depuis 25 ans refusent de se soumettre à cette autorité ou cette police culturelle.

-

In France since 25 years the state and the French cultural institution have excluded from the artists (painters, sculptors,...) for political or sectarian reasons.these Artists live today in misery, poverty and the contempt and some time they commit suicide. These Artists live in misery, poverty and the contempt and some time these artists commit suicide. The persons in charge are the republican French elected officials who adopt attitudes of monarchs supporting a cultural oligarchy and violating the pluralist character of the expression of the diversity of the artistic currents and the currents of thought. The antidemocratic French cultural institutions refuse to diffuse art in the name of its diversity in a complete and equitable way.The antidemocratic French cultural institutions program the artistic sets of themes their choices without taking into account artistic realities reflecting the artistic activity and concerns on the French territory. Artists since 25 years refuse to subject themselves to this authority or this cultural police.

-

L'istituzione culturale francese ha escluso artisti plastici (pittori, sculpteurs) da 25 anni per ragioni politiche e settarie. Quest'artisti vivono oggi nella miseria, la povertà ed il dispetto ed alcune volte quest'artisti si suicidano o si distruggono. I responsabili sono gli eletti politici francesi repubblicani che hanno atteggiamenti di monarchi che favoriscono una "oligarchie" culturale che violano il carattere pluralistico dell'espressione della diversità delle correnti artistiche e delle correnti di pensiero. Le istituzioni culturali francesi non democratiche rifiutano di diffondere l'arte in nome della sua diversità in modo completo ed equo. Quest'istituzioni culturali francesi programmano le tematiche artistiche delle loro scelte senza tenere conto delle realtà artistiche reflètant le attività e le preoccupazioni artistiche sul territorio francese. Artisti da 25 anni rifiutano di sottoporsi a quest'autorità o questa polizia culturale.

-

 

"(...) le concept d'art doit remplacer le concept dégénéré de capital.(...) le capital c'est la dignité humaine et la créativité.(...) L'art est le capital.(...) Le capital, c'est la capacité humaine et ce qui en découle. (...) deux relations bipolaires: la créativité et l'intention de l'homme.(...) Grâce à un dialogue ininterrompu entre les hommes, cela peut-être sans cesse discuté, cela peut se transformer en une productivité infinie qui forme et transforme le monde et dans certaines circonstances construit un cosmos tout à fait nouveau et précisément ne le détruit pas. Joseph Beuys
-

 

 

ON NE JETTE PAS LES ARTISTES A LA RUE - PAIEMENT DES DROITS DE PRESENTATION ou DE MONSTRATION- LES ARTISTES PLASTICIENS AUX RMI ça suffit!!!   
 
 
 

biennale de Lyon OUT

UNIQUEMENT
AVEC NOUS
LES
ARTISTES
-
ILS NOUS VOLENT
NOTRE LIBERTE

 APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE L'ART

FRANCE ART CONTEMPORAIN 2009


Téléchargez le texte ci-dessous sur la présentation de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT 2009, contre la biennale de Lyon officielle
2009 et la préfiguration du post - fascisme culturel globaliste et mondialiste, avec l'explication et l'histoire du concept confus du sigle commercial d'"art contemporain". Ce texte n'est pas corrigé, désirant le mettre en ligne rapidement. Une deuxieme version corrigée et remodelée sera mise en ligne prochainement. Vous pouvez le télécharger, vous le trouvez en version PDF ci-dessous.

biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf

biennale art contemporain OUT Lyon 2009 France
  lire articles :


biennale contemporain de Lyon 2009 avec Hou Hanru et Thierry Raspail

biennale contemporain de Lyon OUT a pour objet
biennale de Lyon
Vive la biennale d'art contemporain OUT de Lyon 2009
today's life mission impossible pour une biennale d'art contemporain
Comment critiquer une œuvre d’art
Comment critiquer un artiste
Critique d’art
définition de biennale d’art contemporain
Psychologie de l’art
Collection d’art contemporain
Collectionneur d’art contemporain
Conseil d’état pour la création artistique
Marché de l’art contemporain
Marchand d’art contemporain
Définition de art contemporain
De la notion libertaire de la création contemporaine
Ministre de la culture
Commissaire d’exposition
Musée d’art contemporain
De l’autorité en art
Conflits d’intérêts en art contemporain