Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 22:01

Contacté par mail par un éditeur intéressé par les images de lili-oto sur le blog de la biennale d'art contemporain Out contre la biennale de Lyon 2009-10 pour faire la couverture d'un livre sur les auteurs créateurs et la politique (d'après ce que j'ai compris, mais je n'ai jamais pu avoir la liste des auteurs). L'éditeur après avoir trituré mes images de l'album la sarkolade que l'on trouve sur internet pour en faire un montage personnel que j'ai refusé a rejeté la dernière proposition que j'ai faite sous le prétexte que j'étais un artiste trop radical ! Extrait du dernier mail après plusieurs échanges et propositions de couvertures: «après avoir pris une connaissance il est vrai plus complète de votre travail, nous trouvons qu'en effet ce volume collectif (et ce qui en ressort) ne s'aligne pas sur l'engagement radical qui est le vôtre». Tu parles d'un engagement radical !!!!!!
   

    - Si être trop radical c'est d'exiger que les musées d'art contemporain ne soient plus dirigés par des historiens mais par des artistes comme dans le théâtre, la danse, la musique et remplacés par des espaces de diffusion pour la création contemporaine...
    - Si être trop radical c'est d'exiger que les institutions culturelles et artistiques en France ne fonctionnent plus dans l'opacité totale qui permet l'arbitraire, des méthodes discrétionnaires, des injustices notoires, des conflits d'intérêts, des délits d'initiés, une politique culturelle clientéliste et surtout une culture ultra libérale basée uniquement sur la spéculation financière des œuvres d'art, des institutions culturelles qui ont balayé totalement leur mission initiale d'intérêt public au profit des intérêts du marché international d'art contemporain et de ses grands marchands d'art en bloquant toute émergence artistique qui ne respecte pas les règles édictées par ce commerce spéculatif véreux...
    - Si être trop radical c'est d'exiger la suppression des commissaires d'exposition qui favorisent cette opacité institutionnelle.
    - Si être trop radical c'est d'exiger une équité de traitement envers toute la communauté artistique en France...
    - Si être trop radical c'est d'exiger une véritable démocratisation culturelle dans le dit art contemporain noyé par un corporatisme puant et abjecte soutenu par des conservateurs ou des directeurs de ses institutions.
    - Si être trop radical c'est de dénoncer le virage très à droite du ministère de la culture depuis des lustres et que Frédéric Mitterrand renforce par la nouvelle réorganisation de ce ministère dont l'objet est uniquement d'offrir une rentabilité maximum au profit de l'industrie culturelle et de ses industriels déjà riches à milliards.  
    - Si être trop radical c'est d'exiger que les artistes puissent vivre dignement de leur activité créatrice et non dans la misère et sous le chantage du Rsa.
    Si être trop radical c'est de refuser la main mise sur internet par le pouvoir politique...
    Si être trop radical c'est d'espérer un changement politique réellement à gauche avec des politiques solidaires qui rejètent la spéculation financière véreuse et mafieuse.
    - Si être trop radical c'est de contester l'installation d'un conseil de la création artistique au sein même d'un pouvoir régalien indigne d'une démocratie ou du peu qu'il en reste s'il en reste quelque chose...
    - Si être trop radical c'est de dénoncer les ententes et les collusions politiques entre le pouvoir UMP en place et son opposition parlementaire ou régionale (parti socialiste) dans le domaine du dit art contemporain par le biais de ces institutions et de ses aides aux artistes (ou du peu qu'il en reste) ...
    - Si être trop radical devient un prétexte à un éditeur pour publier un livre sur la communauté artistique et la politique afin de gommer au nom de cette soi-disant radicalité des émergences artistiques pour faire dans le mou et le consensuel...
   

Dont acte et soyons des artistes soi-disant radicaux face à un nouvel ordre économique mondial manipulé par les grandes fortunes qui lui ne donne pas dans la dentelle pour radicaliser ces politiques économiques qui envoient des millions de gens tout droit dans la misère au nom de ses propres intérêts financiers et qui assassine nos civilisations en semant la confusion... Faire une humanité sans elle c'est comme parler des artistes sans eux, n'est-ce pas! Enfin c'est sans rancune, mais avec cette politique culturelle libérale qui n'est que le fruit d'artistes «initiés», il est évident que les grands mouvements artistiques (dada, surréalisme, nouvelle objectivité, situationniste, art brut, etc.) qui ont marqué le 20eme siècle n'auraient pas vu le jour tout en survivant bien sûr comme nous dans la pénombre...

" Un pays aveugle de sa propre poésie est un pays condamné irrémédiablement aux ténèbres " Lili-oto

Voici la dernière image que j'ai proposée pour la couverture de ce livre, attention danger!!!

  danger

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 18:29

Bonjour
Nous suivons votre démarche mais vos choix mérite un large débat sur les questions que vous soulevez qui peuvent être parfaitement contestables. Le forum de la MDA a sauté avec son contenu et ce n'est pas en faisant le forcing ou table rase des différentes solutions et les différents points de vue que ce soit des syndicats ou des assos et des collectifs, en passant outre ce débat avec une interview médiocre de Christine Albanel dans Artension sur un éventuel art officiel que chacun sait n'existe pas en France pour instrumentaliser les artistes plasticien avec une manipulation nécessaire pour faire écran aux véritables problèmes rencontrés par les artistes plasticiens en France face à la paupérisation de leur activité et l'action néfaste des réseaux mêlant l'institution et le privé. Vous allez passer outre tous les réels problèmes des artistes plasticiens dans ce pays. La défiscalisation n'apporte pas une solution véritable car elle ne concerne qu'un marché économique qui n'a jamais reflété la véritable création contemporaine. Le fossé se creuse entre les créateurs et l'institution culturelle (musée et centre d'art contemporain ) mais aussi entre les créateurs et les galiéristes qui sont avant tout des commerçants même si ce métier a ses lettres de noblesse.
 
Les membres de l'association des Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine les Apea prennent acte des méthodes populistes et anti-démocratiques de ceux qui prétendent apporter des solutions alors qu'ils n'agissent que pour leurs intérêts propres.
Les Apea et son Président Lili-oto

Nota: la médiocrité combinée avec la magouille politicienne ne sont-elles pas le langage de la 5eme république ? De toute façon toutes décisions prises à l'encontre des artistes plasticiens et ce avec le législateur prendront rendez-vous avec la Cour Européenne des droits de l'homme, si ces décisions sont néfastes, nuisibles, nocives, corrosives, préjudiciables et dommageables c'est à dire attentoire à la création contemporaine et à l'activité de ces créateurs... En espérant que syndicats, fédérations, associations ou collectifs seront se lier pour ce genre de procés...
Salutations. 

lili-oto

> Message du 06/12/07 21:39
> De : "Etienne Caveyrac"
> A : lili-oto@
>Copie à :
> Objet : Marché de l'art - Mesures urgentes
>
>

A tous les artistes,

 

Nous préparons une importante opération visant à alerter les Pouvoirs Publics
> sur l'urgence de prendre des dispositions favorisant la relance du marché
> de l'art pour les artistes vivants.

>
> Nous avons pour cela besoin de votre concours :

>
> Un projet a été initié par la Maison des Artistes et relayé par la revue Artension
> dans le cadre d'une réunion préliminaire qui s'est tenue au Sénat début 2007.
>
> Des réunions importantes attendent Rémy Aron et les responsables de la
> Maison des Artistes dans les prochaines semaines pour défendre ce projet.
>
> Afin d'appuyer leur démarche, nous proposons aujourd'hui de lancer une
> grande enquête auprès de centaines de milliers de Français pour vérifier que
> la mesure proposée sera accueillie favorablement par le public et d'essayer
> de comprendre les raisons qui ont amené le marché de l'art d'aujourd'hui à
> paupériser une population toujours plus nombreuse d'artistes.

 

La participation que nous vous proposons dans cette opération
> aura trois phases distinctes :

>
> D'une part, nous vous proposons de nous soumettre les questions et
> sujets que vous souhaitez voir proposer aux Français dans le cadre de cette
> enquête. Les questions revenant le plus souvent ou paraissant les plus
> pertinentes seront intégrées dans le questionnaire.
>
> D'autre part nous vous proposerons de relayer le questionnaire du sondage
> auprès de votre fichier d'amis ou de collectionneurs afin de réunir le plus
> grand nombre possible de réponses, et d'être en mesure de proposer des
> chiffres de participation significatifs.

 

Enfin, lorsque le projet sera suffisamment avancé auprès des Pouvoir Publics,
> nous vous proposerons de participer à une opération de sensibilisation de vos
> élus (Députés, Sénateurs...) afin que l'importance de ce sujet éclate au grand jour
> et que l'attention des politiques soit attirée au bon moment.

> Pour proposer les questions du sondage auprès des français, merci
> de cliquer sur le lien suivant et de remplir le questionnaire :

> http://admin.etudes-sondages.com/sondage.php?id=66a5e10e6a414262ef591ac59f81785635

> Si le lien direct ne marche pas, copier-coller l'adresse ci-dessus dans votre navigateur.

> Nous comptons sur vous pour relayer ce message le plus largement possible auprès
> d'artistes peintres, sculpteurs, plasticiens que vous connaissez.

> Bien cordialement
>
> L'équipe des Solutions créatives
> L'équipe de Artension


retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 09:00

Nous laissons nos adhérent(e)s des Apea composés de femmes et d'hommes de sensibilités politiques différentes seuls juges.

"La situation des artistes plasticiens en France est si grave que tous les conflits qui agitent la Maison Des Artistes nous attristent, nous désespèrent et parfois nous blessent." Lili-oto 

Communiqué reçu ce jour: Mardi 1er mai 2007:

Suite aux prises de positions de M. Rémy Aron, président de l'association La Maison des Artistes, en faveur de Nicolas Sarkozy, candidat à l'élection présidentielle, nous diffusons les communiqués que nous avons reçus du CAAP - Comité des artistes-auteurs plasticiens (organisation professionnelle adhérente de la FRAAP) et du SNAP-CGT. _________________

COMMUNIQUÉ DU CAAP - Comité des artistes-auteurs plasticiens

Rémy Aron / Association La Maison des Artistes : instrumentalisation et manipulation pour un retour à l'ordre

En apportant son soutien à Nicolas Sarkozy, au nom de l'association la maison des artistes, son président, Rémy Aron, instrumentalise une fois de plus les artistes plasticiens et manipule les commentateurs.

Le CAAP dénonce avec vigueur ces comportements depuis des années (i) et s'inquiète de la méconnaissance des journalistes au sujet de ce dossier, d'où résultent des analyses confuses qui profitent à Remy Aron et ceux qu'il soutient (ii).

(i) La principale mission de l'association la maison des artistes est de regrouper les artistes pour mutualiser des moyens et offrir des ressources. L'activité de Remy Aron a consisté à les diviser en opposant leurs sensibilités politiques et esthétiques. Cela lui vaut d'être peu crédible à l'intérieur même de l'association.
Alors qu'une position neutre et l'usage pourtant attendu d'un droit de réserve auraient favorisé le fédération d'une communauté fragile et précarisée, il n'intervient jamais qu'en se référant à des valeurs traditionalistes excluant de fait les pratiques Modernes et Contemporaines. Le Front National ne s'y est pas trompé qui lui a récemment apporté son soutien.

(ii) Rappelons que Remy Aron ne représente que 8000 membres d'une association à laquelle personne n'est tenu d'adhérer !
Dès lors, ne pas apporter d'informations clarifiant ce que recouvre l'expression la maison des artistes comme le font Nathaniel Herzberg (Le Monde) ou André Rouillé (Paris-Art), ne fait qu'entretenir une confusion regrettable entre professionnalisme et nostalgie.
Une confusion offrant une caisse de résonance médiatique pour des propos qui insultent la majorité des plasticiens ; une confusion qui diffuse insidieusement une stratégie de division : un artiste, aussi conceptuel soit-il et aussi relayé soit-il par les institutions est un acteur professionnel ; d'abord parce que son activité est rémunératrice, même faiblement, et qu'à ce titre il se doit d'acquitter des obligations sociales ; enfin, et comme le signalait Roland Barthes au sujet de son propre travail d'écrivain, parce que son activité mobilise d'autres professions et s'insère de fait dans un réseau professionnel. On ne peut donc opposer artiste professionnel et artiste contemporain.

Le CAAP n'a eu de cesse de communiquer depuis des années à ce sujet :
– L'expression la maison des artistes recouvrent deux réalités non superposables la MDA-association pour les activités associatives facultatives (8000 personnes) et la MDA-sécurité sociale pour les activités essentielles et obligatoires (35 000 personnes). Deux autorités distinctes s'exercent au travers de deux personnes distinctes et élues par des corps électoraux distincts ; l’une pour présider le conseil d'administration de la MDA-sécurité sociale, l’autre pour présider le bureau de la MDA-association (Remy Aron en l'occurrence).
– Aucun artiste n'est obligé d'adhérer à l'association la maison des artistes.
– Tout artiste recevant une rénumération liée à son activité doit se déclarer à son régime de sécurité sociale.

Que les propos du Président de la MDA-association colportent des valeurs marquées par la nostalgie d'un ordre perdu est une chose établie que nous dénonçons avec fermeté.
Que les commentateurs de ces propos ne soient pas en mesure d'apporter les clarifications qui permettraient à leurs lecteurs de se faire une opinion distanciée, participe, à leur corps défendant, du processus d'instrumentalisation de tous les plasticiens qu'affectionnent Remy Aron et ses amis dans leur promotion d'un retour à l'ordre.

Le CAAP
http://caap.asso.fr/
Cet article restera disponible à l'adresse suivante :
http://caap.asso.fr/spip.php?article63

Pour plus d'information :

Comprendre la crise de la Maison des Artistes et ses enjeux :
http://caap.asso.fr/spip.php?article6

Maison des artistes et Front National : révélation de liens troubles,
http://caap.asso.fr/spip.php?article12

"Les plasticiens, tous derrière "Sarko" ?" Nathaniel Herzberg :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-902822,0.html

"La Maison des artistes roule pour Sarkozy", André Rouillé
http://www.paris-art.com/editorial-parisART/edito/191/page/1/andre-rouille-la-maison-des-artistes-roule-pour-sarkozy.html
___________

COMMUNIQUÉ DU SNAP-CGT

Le Syndicat national des artistes plasticiens CGT (SNAPcgt) partage l'indignation de nombreux adhérents de l'Association Maison des Artistes devant les prises de position du président qu'ils ont élu en faveur du candidat à l'élection présidentielle Nicolas Sarkozy. Nous soutenons les membres de l'association MdA qui demandent plus de clarté et d'honnêteté à sa tête.

Pour autant, en tant qu'organisation professionnelle, nous ne demandons pas la démission de son président. C'est aux adhérents, et à eux seuls, de régler cette question.

Pour nous, le problème est autre, et dépasse largement les seuls adhérents de l'association.
Car cette association n'est pas une association comme une autre. Elle a été agréée par l'État pour abriter le régime de sécurité sociale des artistes, et si l'adhésion à l'association est facultative, la déclaration au régime de sécurité sociale, elle, est une obligation pour tout artiste souhaitant diffuser son travail.
En annexant les quelque quarante-cinq mille artistes inscrits auprès de l'organisme et en prétendant avoir le droit de parler en leur nom, le Président de l'association entretient la confusion et asseoit sa légitimité sur un abus.

Le maintien dans la même structure de deux missions distinctes, l'une associative, l'autre de service public, a déjà généré par le passé de multiples conflits.

Le SNAPcgt s'est prononcé depuis longtemps, ainsi que l'ensemble des organisations professionnelles des arts visuels, pour la séparation nette des deux fonctions et l'autonomie du régime de sécurité sociale.

Le soutien du président de l'association au candidat de la droite rend cette séparation impérative.

C'est sur cette base que nous invitons les artistes auteurs à faire part directement aux Ministères concernés de leur mécontentement et, s'ils le veulent bien, de nous adresser copie de leur courrier.

Nous rappelons qu'un rapport conjoint des deux Ministères de tutelle conclut à la nécessité de cette séparation*. L' issue doit donc être trouvée par des décisions politiques et pérennes qui n'ont, jusqu'à présent, pas été prises en raison de la proximité politique de responsables de l'association avec le gouvernement en place.

Rappelons que le candidat que soutiennent les principaux responsables de l'association MdA souhaite la suppression des régimes spécifiques de retraite et de sécurité sociale.

C'est donc notre régime qui est en danger.

Le bureau national du SNAPcgt

Informations diffusées par la Fraap - Fédération des Réseaux et Associations d'Artistes Plasticiens - fraap2@wanadoo.fr - www.fraap.org
Vous souhaitez diffuser vos offres d'emplois, appel d'offres, appels à projets, appel à dossiers,
appels à résidences, faites les nous parvenir par mail à :
fraap2@wanadoo.fr  


retour-home-volver   
Partager cet article
Repost0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 08:00

Nous laissons nos adhérent(e)s des Apea composés de femmes et d'hommes de sensibilités politiques différentes seuls juges.

"La situation des artistes plasticiens en France est si grave que tous les conflits qui agitent la Maison Des Artistes nous attristent, nous désespèrent et parfois nous blessent." Lili-oto 

Communiqué reçu de La Maison Des Artistes le 28 avril 2007 intitulé MdA ET INFLUENCE POLITIQUE:

"Nous affirmons qu'en tout état de cause la Maison des Artistes, de par sa vocation associative et sociale, est totalement libre de toute influence politique. Les membres élus de son Bureau se portent garants de sa neutralité absolue. Notre travail nous améne à être souvent en relation avec les pouvoirs publics, ceci ne constituant en aucun cas un engagement politique."

Rémy ARON, Président
Michel DAUBERVILLE, 1er Vice-Président
Arlette MARTIN, Trésorière


retour-home-volver   

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Artistes Plasticiens Plasticiennes En Aquitaine,Apea,Bordeaux,Gironde,France.
  • : artistes plasticiens, les Apea est une association d'art et artiste plasticien en Aquitaine, Pour artiste et les artists. Une création comme la peinture, peintre artiste, la sculpture, la video ou le tableau. Ce blog est à la fois un blog art, un blog artiste, un blog culture, un blog création, un blog politique, un blog artistique et un blog artiste plasticien. Ils exposent en galerie, exposition de sculpture, sculpteur, Bordeaux en art contemporain, arts visuels, arts plastiques et beaux arts
  • Contact

Pratique artistique

Nous sommes pour une pratique artistique dans une liberté absolue et contre la muséification ou la muséalité de la création contemporaine. Nous sommes totalement opposés à la spéculation dans l’art contemporain, à ce marché international spéculatif d’œuvres de l’esprit où les gros marchands d’art se gavent de profits juteux et mafieux en cloisonnant la création contemporaine avec des collectionneurs d’art, grands patrons français qui font les beaux dans les ventes aux enchères dans les grandes salles de ventes à Londres ou à new York. Ils achètent à grands coups de millions d’euros des œuvres avec l’argent des augmentations confisquées aux salariés aujourd’hui licenciés dans leurs grandes entreprises et multinationales. Nous rappelons que les artistes demandent à vivre dignement de leurs pratiques artistiques, ils n’ont jamais exigé richesse, de vivre du raquette des actionnaires sur le pouvoir d’achats des salariés ou de la spéculation boursière, être artiste n’est pas une profession libérale.

E
xtrait du Livre de Michel Onfray (philosophe): Politique du rebelle : chapitre De l’art, vers une esthétique généralisée.
"(…) Or tous les régimes, tous les pouvoirs politiques savent ce lieu stratégique et veulent le confiner, maîtriser, limiter, contenir, voire le contrôler radicalement. Certains utopistes aspiraient purement et simplement au bannissement des poètes de la cité, d’autres à leur inféodation franche et nette ; ailleurs on confondait la fin de l’histoire avec la fin de l’art, d’où une réalisation de la digestion définitive des artistes par le corps social.(...)Un esthétique généralisée assume et revendique cette filiation pour répondre aux misères généralisées du marché. Les figures rebelles et résistantes risquent l’absorption dans l’histoire de l’art, puis la digestion avant de retrouver le marché. Alors, elles grossissent le rang du bourgeois, celui qui, selon la définition flaubertienne, pense bassement – il est d’autant moins qu’il a. L’art qui a cessé de résister doit périr, remplacé par un autre qui, lui, résistera. Dans cette guerre quand l’un tombe, le suivant reprend le drapeau. Que disparaissent les parasites fixés au musée, à demeure plus que de raison, ou n’envisageant plus aucun travail sans viser d’abord l’exposition.(..) C'est-à-dire au-delà du nécessaire utile à l’avancement et à la prolifération des idées. Dés qu’une station se prolonge, le risque d’un dépérissement du travail augmente. Exposée, une œuvre s’ankylose proportionnellement à son temps d’immobilité. Le lieu délétère et dévitalisant, abaisse la température du travail incandescent jusqu’à tendre vers zéro, point d’inefficacité maximale en deça de toute nuisance possible. Or le programme d’une esthétique radicale consiste toujours à refuser la bêtise. Les musées et les endroits officiels agissent comme des chambres froides où les feux furieux se rétrécissent, s’épuisent et finissent par s’éteindre, consumés par un gel raréfiant les possibilités de la vie." Michel Onfray

Extrait du livre de Pierre Bourdieu (philosophe) dans Contre-feux 2 aux éditions Raisons d’agir
"(…) La culture est menacée parce que les conditions économiques et sociales dans lesquelles elle peut se développer sont profondément affectés par la logique du profit dans les pays avancés où le capital accumulé, condition de l’autonomie, est déjà important (…) Les peintres (artistes) ont mis prés de cinq siècles pour conquérir les conditions sociales qui ont rendu possible un Picasso ; ils ont dû – on le sait par la lecture des contrats – lutter contre les commanditaires pour que les œuvres cessent d’être traitées comme un simple produit, évaluées à la surface peinte et aux prix des couleurs employées ; ils ont dû lutter pour obtenir le droit à la signature, c'est-à-dire le droit d’être traité comme des auteurs. Ils ont dû lutter pour le droit de choisir les couleurs qu’ils employaient, la manière de les employer et même, tout à la fin, notamment avec l’art abstrait, le sujet même, sur lequel pesait particulièrement le pouvoir du commanditaire. (…)" Pierre Bourdieu

artiste situation

Les Apea et nos points de vue sur la situation des artistes pasticiens et des artistes plasticiennes en France

-

L'institution culturelle Française a exclu des artistes plasticiens ou artistes plasticiennes (peintres, sculpteurs, installateur, ...) depuis 25 ans pour des raisons politiques et sectaires. Ces Artistes vivent aujourd'hui dans la misère, la pauvreté et le mépris et quelque fois ces artistes se suicident ou se détruisent. Les responsables sont les élus français républicains qui ont des attitudes de monarques favorisant une oligarchie culturelle qui violent le caractère pluraliste de l'expression de la diversité des courants artistiques et des courants de pensée. Les institutions culturelles françaises non démocratiques refusent de diffuser l'art au nom de sa diversité d'une manière complète et équitable. Ces institutions culturelles françaises programment les thématiques artistiques de leurs choix sans prendre en compte les réalités artistiques reflètant les activités et les préoccupations artistiques sur le territoire français. Des artistes depuis 25 ans refusent de se soumettre à cette autorité ou cette police culturelle.

-

In France since 25 years the state and the French cultural institution have excluded from the artists (painters, sculptors,...) for political or sectarian reasons.these Artists live today in misery, poverty and the contempt and some time they commit suicide. These Artists live in misery, poverty and the contempt and some time these artists commit suicide. The persons in charge are the republican French elected officials who adopt attitudes of monarchs supporting a cultural oligarchy and violating the pluralist character of the expression of the diversity of the artistic currents and the currents of thought. The antidemocratic French cultural institutions refuse to diffuse art in the name of its diversity in a complete and equitable way.The antidemocratic French cultural institutions program the artistic sets of themes their choices without taking into account artistic realities reflecting the artistic activity and concerns on the French territory. Artists since 25 years refuse to subject themselves to this authority or this cultural police.

-

L'istituzione culturale francese ha escluso artisti plastici (pittori, sculpteurs) da 25 anni per ragioni politiche e settarie. Quest'artisti vivono oggi nella miseria, la povertà ed il dispetto ed alcune volte quest'artisti si suicidano o si distruggono. I responsabili sono gli eletti politici francesi repubblicani che hanno atteggiamenti di monarchi che favoriscono una "oligarchie" culturale che violano il carattere pluralistico dell'espressione della diversità delle correnti artistiche e delle correnti di pensiero. Le istituzioni culturali francesi non democratiche rifiutano di diffondere l'arte in nome della sua diversità in modo completo ed equo. Quest'istituzioni culturali francesi programmano le tematiche artistiche delle loro scelte senza tenere conto delle realtà artistiche reflètant le attività e le preoccupazioni artistiche sul territorio francese. Artisti da 25 anni rifiutano di sottoporsi a quest'autorità o questa polizia culturale.

-

 

"(...) le concept d'art doit remplacer le concept dégénéré de capital.(...) le capital c'est la dignité humaine et la créativité.(...) L'art est le capital.(...) Le capital, c'est la capacité humaine et ce qui en découle. (...) deux relations bipolaires: la créativité et l'intention de l'homme.(...) Grâce à un dialogue ininterrompu entre les hommes, cela peut-être sans cesse discuté, cela peut se transformer en une productivité infinie qui forme et transforme le monde et dans certaines circonstances construit un cosmos tout à fait nouveau et précisément ne le détruit pas. Joseph Beuys
-

 

 

ON NE JETTE PAS LES ARTISTES A LA RUE - PAIEMENT DES DROITS DE PRESENTATION ou DE MONSTRATION- LES ARTISTES PLASTICIENS AUX RMI ça suffit!!!   
 
 
 

biennale de Lyon OUT

UNIQUEMENT
AVEC NOUS
LES
ARTISTES
-
ILS NOUS VOLENT
NOTRE LIBERTE

 APPARATCHIK
COMMISSAIRE D'EXPOS
CURATEUR
CONSERVATEUR
CRITIQUE
SPECULATEUR
MARCHANDS VEREUX
LES PETITS CHEFS DE L'ART

FRANCE ART CONTEMPORAIN 2009


Téléchargez le texte ci-dessous sur la présentation de la biennale d'art contemporain de Lyon OUT 2009, contre la biennale de Lyon officielle
2009 et la préfiguration du post - fascisme culturel globaliste et mondialiste, avec l'explication et l'histoire du concept confus du sigle commercial d'"art contemporain". Ce texte n'est pas corrigé, désirant le mettre en ligne rapidement. Une deuxieme version corrigée et remodelée sera mise en ligne prochainement. Vous pouvez le télécharger, vous le trouvez en version PDF ci-dessous.

biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf biennale-de-Lyon-art-out-contre-le-post-fascisme.pdf

biennale art contemporain OUT Lyon 2009 France
  lire articles :


biennale contemporain de Lyon 2009 avec Hou Hanru et Thierry Raspail

biennale contemporain de Lyon OUT a pour objet
biennale de Lyon
Vive la biennale d'art contemporain OUT de Lyon 2009
today's life mission impossible pour une biennale d'art contemporain
Comment critiquer une œuvre d’art
Comment critiquer un artiste
Critique d’art
définition de biennale d’art contemporain
Psychologie de l’art
Collection d’art contemporain
Collectionneur d’art contemporain
Conseil d’état pour la création artistique
Marché de l’art contemporain
Marchand d’art contemporain
Définition de art contemporain
De la notion libertaire de la création contemporaine
Ministre de la culture
Commissaire d’exposition
Musée d’art contemporain
De l’autorité en art
Conflits d’intérêts en art contemporain